Enigme au CNRS

Un article de juin 2017 du CNRS vient encore confirmer le modèle OSCAR, s'il en était besoin. En observant des fusions de galaxies lointaines, on n'avait déjà constaté que la matière noire apparaissait toujours en masse, suite aux collisions/fusions de galaxies. On avait également remarqué que l'intensité du nombre de  collisions, augmentait avec la jeunesse de l'univers.  Dans cet article de juin intitulé :

"une galaxie à disque massive qui ne forme plus d'étoiles, défie notre vision de l'évolution des galaxies". 

Ainsi les trois observations : a) diminution des collisions avec le temps ;  b) concomitance entre l'apparition de matière noire (DM) et collision ; c) blocage de la naissance d'étoile, représentent 3 énigmes fortes pour le modèle standard. Pourquoi ? parce que ce dernier n'intègre pas la très fondamentale dualité de localité qui est la clé du modèle OSCAR. 

Voici un premier extrait de l'article :    

"La théorie dominante pour expliquer un tel arrêt de la formation d’étoiles est la fusion de galaxies. Cette fusion formerait des galaxies plus massives, elliptiques et mortes. C’était jusqu’alors ce qui était le plus compatible avec les observations".

Et puis plus loin :

"La raison de cet arrêt de formation d’étoiles n’est pas connue, et peut venir d’un noyau actif de galaxie au cœur, dont la source d’énergie est un trou noir supermassif qui inhibe la formation d’étoiles. Ou alors, il peut provenir du chauffage du gaz qui se dirige vers le cœur de la galaxie, l’empêchant  de l’atteindre et le transformant en des nuages de gaz moléculaire denses".

Pourtant ces observations et celle de juin 2017, sont des indices forts pour le modèle OSCAR. Ces indices étaient nettement prévus et expliqués (sic) dans le livre de 2012 : "L'univers miroir". Ils étaient également présents sur le site modèle oscar, depuis 2010. 

Le dessin suivant montre ce qu'a été la mitose fractale à partir du BEC primordial. Cela a créé une expansion en couches sphériques avec gradient de vitesses. Par définition, les croisements (collisions-fusions)  de trajectoires – très intenses au début – se calment avec l'expansion. Ces fusions reviennent clairement à des relocalisations suite à la séparation (délocalisation) survenue avec la saturation du BEC originel.  Cela a pour conséquence d'annihiler la matière non pas d'une manière binaire mais d'une manière analogique (en fonction des angles relatifs d'origines).  Ceci est la cause de la matière  noire (DM) qui casse l'intégrité des "briques" élémentaires. Ces "briques" forment alors des nuages dont une partie des hydrogènes sont corrompus et donc incapables de créer des étoiles.  Ensuite, tout est question de proportion ! Si le nuage est corrompus à 100% alors on ne le voit qu'indirectement par ses effets gravitationnels. S'il comporte une partie saine, il sera plus ou moins visible et donc plus ou moins stérile. Attention la DM peut se concentrer sous l'effet de la gravitation et former une boule qui englobe et cache des parties saines. En aucun cas elle ne saurait à elle seul former des protons et donc des étoiles. Sa concentration est une sorte de trou noir totalement stérile. Nous prévoyons également des galaxies totalement faite de DM mais agissant comme lentille gravitationnelle.

Donc l'observation de galaxies massives et mortes correspond bien aux conséquences logiques d'une ou plusieurs fusions-annihilations-analogiques de galaxies. Elles comportent beaucoup de DM et les nuages corrompus sont donc stériles. 

Cliquez pour agrandir l'image           

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le lien entre bosons de jauge et quarks (14)

Présentation du blog

La structure des atomes suit la loi ML = Cte (15)