Articles

Le lien entre bosons de jauge et quarks (14)

Image
- Sceptique : OSCAR dit que les quarks sont induits comme les bosons de jauge W, Z et H ? Mais alors pourquoi les quarks sont permanents et les bosons sont à durée de vie extrêmement faible (fugace) ?
- Le tableau suivant montre que les bosons cités sont de la même famille que les quarks, contrairement à ce que dit le modèle standard. Mais avant d'aller plus loin, il faut prendre conscience que le modèle standard fait l'amalgame entre les particules éphémères et les particules stables. Il ne reconnaît pas ce qui est pourtant évident : l'électron est la seule et unique particule qui soit à la fois élémentaire, stable et libre. Le trouble profond et inavoué du MS vient du fait que le partenaire symétrique de l'électron, le positron, apparaîtlocalement comme instable. Ce trouble vient de la non prise en compte du critère de localité en matière de création. Toutes les créations locales sont fugaces ou instables. Comme il existe seulement deux particules stables : l'…

Les preuves de la mitose (suite 13)

Image
- Sceptique : revenons aux preuves que la mitose aurait laissées !
- On a vu le ratio (issu de la moyenne aléatoire) des dipôles synchronisés : longueur / épaisseur = ξ4. qui est le ratio objectif entre la force coulombienne et la force gravitationnelle. Ce ratio a été créé sur la circonférence du BEC contenant ξ4 dipôles avant annihilation ! Mais on a vu que le nombre de couches (radiales) est fixé à ξ3. Il y a là un problème flagrant de non isotropie ! On sait qu'un BEC ne saurait le supporter !
- Sceptique : oui mais ce ratio comporte aussi la constante α = 137,035999 .... ?
- Oui le ratio entre forces : coulombienne / gravitationnelle, entre une paire électron-positron, est précisément de : ξ4 / αen 1D ! Cela veut dire que la constante de gravitation est apparue après l'annihilation de facteur α. De plus ξ8/ α²en 2D, vérifie la masse de l'univers en unité électron ! On se souvient que α signe l'annihilation en agrandissant l'intervalle élémentaire.
- Sceptiqu…

le photon (suite 12)

Image
- Sceptique : le modèle standard décrit l'onde-photon progressant à la vitesse de la lumière c mais explique-t-il la cause de cette progression ?
- Non le MS ne l'explique pas ! Décrire n'est pas expliquer. En revanche le modèle OSCAR donne une réponse qui découle directement de ses bases. L'explication est la suivante : la particule photon est synchronisée avec son partenaire subquantique à parité égale. Ainsi les couples ML s'annulent exactement comme l'oscillateur dipolaire primitif. L'onde franchit chaque intervalle élémentaire dans le temps exact de la palpitation du BEC. L'intervalle L vaut la longueur de Compton de l'électron et le temps T est également celui de l'électron (et du BEC). Donc : c = L / T tout simplement !
- Sceptique : donc le Compton de l'électron est comme un BEC réduit. Mais cette onde s'amortit-elle en 1/r² comme le dit le MS ?
- Oui elle s'amortit majoritairement en 1/r² mais pas seulement ! Une second…

Le photon (suite 11)

Image
- Sceptique : on sait que le photon file à la vitesse de la lumière. Pourquoi avance t-il et pourquoi à cette vitesse ?
- Cette double question est rarement posée. Je vais en rajouter une troisième : pourquoi existe-t-il ? On se demande pourquoi le modèle standard voit son « compte » énigme augmenter plutôt que diminuer. Justement parce que l'on ne se pose pas assez de questions ! On ne peut résoudre des problèmes non identifiés ! Par ailleurs, on a plus l'habitude de décrire en vue d'exploiter que de chercher à comprendre physiquement les causes. Pour lever une énigme il faut donc déjà poser la question de son existence..... Prenons le cas d'une paire électron-positron créée localement et donc instable. Elle s'annihile en créant 2 photons. Que se passe-t-il dans le détail ? Est-ce que ces particules retrouvent instantanément leur ex statut d'oscillateur dipolaire ? Non car cela voudrait dire que de l'énergie serait échangée à une vitesse nettement plus gr…

l'existence du proton, noyau d'hydrogène (suite 10)

Image
- Sceptique : revenons à la cause des protons, pourquoi existent-t-ils ? Pourquoi cette masse ?
- Il y a en effet, deux questions à se poser alors que généralement on ne se pose que la seconde ! Le proton n'existe pas par hasard ! Il est là comme variable d'ajustement entre les deux ratios essentiels, ξ, α, qui règlent la mitose et donc les intervalles !
- D'accord mais ces ratios sont-ils là par hasard ?
- On a vu que la mitose est motivée par l'anisotropie des intervalles élémentaires de ratio ξ (ξ²en 2D création holographique). On a vu aussi que le taux d'annihilation est le déclencheur de la la mitose en 5 phases α soitα5 . En rajoutant le taux d'annihilation α, le facteur d'agrandissement total des intervalles est donc α6 soit α12 en 2D. Cela doit absolument converger avec ξ² en fin de mitose en terme d'intervalle 2D. Il faut donc une variable d'ajustement. Cette variable est un agrandissement d'intervalle (Compton) par fusion en proton. En …

La cause du Big Bang ou mitose (suite 9)

Image
- Sceptique : donc les électrons libres tendent à compenser la polarisation du vide qui serait plus positif si les neutrons restaient stables. En fait dans un monde imaginaire ne comprenant que des neutrons, l'espace-temps serait légèrement plus positif que neutre. Ce serait une neutralité relative et non absolue. En libérant l'électron, le neutron compense l'asymétrie naturelle crée par deux couches concentriques. il existe cependant des cas où des positons sont émis à partir de certains atomes !
- Exact et de plus, cela explique pourquoi le neutron n'est pas stable ! Cependant il faut bien préciser ce que veut dire « émission » . Deux cas sont possibles : a) un électron est véritablement émis et quitte le confinement du noyau de l'atome ; b) une paire électron-positron est créée au sein du noyau qui garde l'électron et laisse sortir le positron (voir tomographie). Mais dans ce cas il s'agit d'une création locale et le positron est vérifié comme typiqu…