Articles

isotropie de l'horizon cosmologique

Image
Le modèle standard est basé sur l'espace-temps type FLRW, qui est largement antérieur à la découverte de l'accélération de l'expansion. Comment peut-on conserver un modèle qui n'explique pas cette accélération ? Comment peut-on prendre au sérieux un modèle qui admet la possibilité d'une courbe négative ? Dans sa version « courbe plate » ce modèle prévoit un horizon cosmologique égal à 3,3 fois le rayon de Hubble, soit : 45 Gyl. Cette version admet un arrêt de l'expansion après un temps infini. C'est une grave erreur car la notion d'infini est incompatible avec les paramètres physiques.
L'isotropie de l'univers concerne plusieurs paramètres physiques : a) la température ; b) la forme ; c) la distance relative.  Pour vérifier l'isotropie de l'expansion, on exploite la distance d (via les céphéides) et le décalage spectral z donnant le taux d'expansion. Si la mesure de z est précise on ne peut pas en dire autant de la distance d. Elle …

Accélération expansion et immense trou de l'Eridan

Image
Contre toute attente, les observations cosmiques modernes,  montrent une accélération de l'expansion de "l'univers" !! Face à cette énigme, les tenants du modèle standard, cherchent des solutions... Mais ils commettent toujours les mêmes erreurs. Il suffit de lire le lien précédent : a) il parle d'expansion de "l'univers" alors qu'il a deux états, l'un englobant l'autre  ; b) même en oubliant le principe de dualité en ne considérant que la Bulle-Univers, on élude la dualité liée à l'horizon cosmique. Au delà de cet horizon, la Bulle-Univers ralentit ; c) plutôt que de chercher des causes physiques, on revient aux anciennes spéculations mathématiques qui consistent à rajouter une "constante" opportune dans les équations d'Einstein. 
Le modèle Oscar n'a pas besoin de spéculer pour expliquer cela. L'entrée brutale en mitose du BEC originel, génère une expansion en couches dont les vitesses s'étalent de 0 c à 5 c

Amplitude maximale de la Bulle-Univers

Image
Le modèle standard n'aborde pas les causes du Big Bang. Il considère qu'à partir de la longueur de Planck, il y a eu une inflation de vitesse largement supraluminique qui a permis de rendre homogène en température, tout l'univers. Il y a là deux spéculations : a) la longueur de Planck dont on a vu qu'elle ne correspondait à rien de physique ; b) cette inflation opportune mais non expliquée. 
Le modèle Oscar s'intéresse d'abord aux causes du Big Bang. Il explique en détail comment se forme un BEC originel à partir de la synchronisation d'une partie de l'infinité d'oscillateurs stochastiques et dipolaires, induisant chacun un strict zéro physique. Ainsi on ne doit pas évoquer "l'univers" mais préciser s'il s'agit de son état stochastique "éternel et infini" ou de son état "Bulle-Univers". Ce dernier étant ce BEC en expansion.
Le modèle montre comment et pourquoi ce BEC originel entre en mitose brutale suite à sa…

Courbure d'Einstein, rayon max Oscar et énergie sombre

Image
Avec le billet précédent nous avons vu comment Einstein propose un paramètre de courbure de l'espace-temps en fonction de la constante de gravitation G et la densité d'énergie. On peut simplifier en considérant une densité de masse en divisant par c² puisque : M = E / c².  Le tableau joint montre que sa démarche relève des équations aux dimensions (physiques).
Le modèle standard donne une estimation de la densité de masse dans l'univers en fonction de la mesure de la "constante" de Hubble, Ho. Cette "constante" donne le taux actuel de l'éloignement généré par l'expansion. Elle a fait l'objet de différentes estimations et la dernière en date (septembre 2018)  est d'environ 72,5 km/s/Mpc. En unité SI, elle vaut 2,35 ×10⁻¹⁸ seconde⁻¹.  Avec la densité massique, 𝛒 la formule standard est : Ho²8 𝛑 G 𝛒 / 3  avec Ho exprimée en unité SI ! Ainsi le modèle standard estime la masse volumique de l'univers actuel à ~10⁻²⁶ kg/m³. Le modèle…

5eme dimension et courbure d'Einstein

Image
Pour tenter d'unifier la gravitation à l'électromagnétisme, Kaluza a imaginé en 1919 que l'espace-temps à 4 dimensions pouvait en comporter une 5eme, non visible. Dans le cadre de la relativité générale, il a imaginé que cette 5eme dimension était enroulée à une taille extrêmement petite, la longueur de Planck !

Si le modèle Oscar revendique effectivement une 5eme dimension, il se distingue de cette démarche qui comporte trois graves défauts :

- a)  des hypothèses non justifiées en amont par de multiples recoupements, ne sont que des spéculations. On cherche à résoudre un problème particulier sans en chercher la cause originelle. 

- b) poser l'hypothèse que la 5eme dimension est enroulée n'a aucune justification. C'est une approche de type géométrique (Lⁿ) et non de type physique complète (M, Lⁿ, T).

- c) utiliser la longueur de Planck n'est pas prudent car elle n'est pas mesurée et sa seule légitimité est sa cohérence dimensionnelle. Le modèle Oscar montr…

axion, symétrie CPT, dipôles subquantiques et dualité de localité

Image
La violation de la symétrie CP dans l'interaction faible est une épine dans le modèle standard.  En simplifiant, l'interaction faible concerne le changement spontané d'état de particule. Par exemple un neutron se transforme en proton en émettant un électron + un neutrino tout en faisant apparaître furtivement une particule (dite de jauge), le boson vecteur W.  Un autre boson Z (dit de courant neutre) fait également son apparition furtive.
Le modèle standard a d'abord montré que pour l'interaction faible, la symétrie de type parité (P) est violée.  En gros, la réorganisation de la particule changeant d'état, induit une distorsion de l'image miroir.  Puis on a montré que même en tenant compte de la parité de type charge (C), la symétrie CP reste violée. 
Devant une telle déconvenue générale,  Frank Wilczek a imaginé qu'une hypothétique particule nommée axion, pouvait résoudre le problème en rééquilibrant opportunément la symétrie CP. Cette particule abstrai…

La genèse du temps, Higgs et la symétrie CPT

Image
Je recommande de regarder cette vidéo où Étienne Klein nous parle du temps. Il nous décrit avec beaucoup de pédagogie, le modèle standard des particules basé sur une branche des mathématiques,  les fameux groupes de symétrie. Par exemple U(1) ={eiα} de module 1 est celui qui régit l'électromagnétisme.  Ces groupes de symétrie s'appliquent également aux deux autres forces, dîtes "faible et forte".  Cette théorie dite de jauge, implique que les interactions entre particules, passent par des bosons virtuels ou bosons vecteurs, qui émanent du "vide" quantique. 
Cependant cette approche implique que les particules n'aient pas de masse propre. Cette dernière leur viendrait du couplage avec le "vide" qui est sous forme d'un "champ scalaire" appelé champ de Higgs.  Alors selon cette théorie de type descriptive et non explicative, le champ de Higgs doit forcément avoir un boson vecteur.  
Donc un grand accélérateur de particules le LHC a pe…