La cause de la courbure-gravitation

Comment Albert Einstein a -t-il été amené à faire le lien gravitation/courbure qui est bien réel ?

Déjà l'accélération terrestre ; g = 9,81 m/s² lui a servi d'exemple. En effet, la lune suit une trajectoire courbe dans le "champ" de gravitation de la Terre. En revanche, il a bien compris que cette courbure devait avoir une cause physique mais il n'a pas eu les moyens à l'époque, de connaître les expériences sur la dualité de localité de l'univers. Il aura cherché cette cause,  toute sa vie. 

En réalité, c'est le gradient de charge électrique de chaque paire électron-positron – brique élémentaire de la matière,  issue de la délocalisation primordiale – qui matérialise la gravitation.  La dualité de localisation va de paire avec la dualité quantique/subquantique. Le tissu subquantique d'espace-temps est matérialisé par les oscillateur-tachyons dipolaires normalement symétriques. Or les particules (niveau quantique) perturbent la symétrie de oscillateurs dipolaires.  Cette perturbation est mesurée au travers de l'habillage virtuel et aussi par l'anomalie du moment magnétique.   Ainsi, une concentration de particules (comme une étoile), déforme l'espace-temps.  

Albert Einstein a repris à Maxwells le mot "champ" pour parler de gravitation de la Terre. Mais derrière ce vocable pudique, se cache un immense point d'interrogation. Le modèle OSCAR donne une réponse fouillée concernant la cause de ce champ. Le mot clé est délocalisation. Chaque oscillateur dipolaire a été séparé en deux pôles célibataires (électron et positron sont des monopôles). Cette séparation annule le masquage d'énergie réalisée dans l'ex localité des oscillateurs liés et donc – via le tissu subquantique – la gravitation matérialise la seule et unique possibilité du retour à énergie nulle.  

cliquez pour agrandir
Comment lié la gravitation G à la notion de courbure 1/L² ?  Il suffit de considérer une densité de masse soit : 

ρ = M / L3 = M  L–3

Et la dimension de la gravitation G :

G = L3 / M  T²

Le produit des deux, annule M et  L3  et il ne reste plus que 1/T². En divisant cela par la vitesse de la lumière au carré [L² / T²] il ne reste plus que 1/L².  On obtient la même chose en jouant sur l'énergie E = M c² mais alors il faudra ensuite diviser par  c4. Certains physiciens utilise cette manipulation pour justifier que la gravitation affecte les photons sans masse mais énergétique. Mais cela ne sert à rien puisque c'est la courbure de l'espace-temps qui guide les photons. Le modèle OSCAR dit clairement que la circulation des photons à vitesse c est synchronisée par le cycle des tachyons subquantiques. 

Ce qu'il faut retenir :

Délocalisation → gravitation + courbure

En confondant effet et cause, Minkowski à voulu géométriser l'univers sur la base des champs de vecteurs qui ne sont que des êtres mathématiques.  Bien sûr les mathématiques permettent une certaine cohérence tout en donnant une solution au problème de la limite ou horizon.  Mais cela ne résout pas le lien avec la théorie quantique qui d'ailleurs, est elle-même bourrée d'êtres mathématiques. Cela ne mène qu'à la liste des 53 énigmes que j'ai recensées et résolues. Et puis il y a cette très grave erreur qui consiste à confondre le zéro mathématique avec le zéro physique.  

En revanche, la théorie OSCAR est parfaitement compatible avec la gravitation quantique via le tissu subquantique, matérialisé par les oscillateurs dipolaires qui justifient le zéro physique.   







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le lien entre bosons de jauge et quarks (14)

La structure des atomes suit la loi ML = Cte (15)

L'éternité paradoxale de l'univers (suite 2)