La farce de l'énergie (2)



Pour bien comprendre ce que sont les causes de l'énergie, résumons point par point, le cheminement OSCAR :

1/ la matrice permanente, faite d'une infinité d'oscillateurs dipolaires du zéro, existe virtuellement sans manifestation des paramètres M, L, T. Bien sûr chaque branche d'oscillateur dipolaire, voit varier MLT mais la localité interne annule parfaitement les deux pôles. Il y a une infinité de périodes d'oscillation (aléatoires et déconnectées les unes aux autres) qui se traduit par un brassage intense et donc une entropie de désordre maximale. On a une sorte d'énergie thermique virtuelle ! Attention, cette notion d'énergie virtuelle est purement d'ordre d'entropie informationnel. L'entropie a la dimension d'une énergie. A cet égard il faut rendre hommage à Boltzmann qui a défendu cette option contre vents et marées jusqu'à se suicider en 1906, à cause de la psychorigidité hostile de ses confrères – adeptes de l'école de Copenhague – vis à vis de ses nouveaux concepts, pourtant aujourd'hui admis par tous*.

2/ Sans temps global, le brassage des oscillateurs-bosons, ouvre une probabilité unitaire de fusions entre un nombre limité d'oscillateurs, formant ainsi un BEC (virtuel). Cette fusion revient à une synchronisation. Au sens de la loi d'information, cela équivaut à un « refroidissement ». Ce refroidissement – lié à la réduction d'information pour un nombre limité se conformant à la même fréquence – revient à une baisse d'entropie de désordre. Cela revient à une baisse d'énergie virtuelle.

3/ Le BEC sature et les superpositions provoquent un changement de localité. Cette variation induit la transition suivante :

N modes individuels à localité étendue égale → 1 mode collectif à N localités restreintes égales

Cela se confond avec la mitose qui crée l'espace-temps de la bulle-univers en expansion. A partir de ce moment, les trois paramètres, M L T, apparaissent. Mais graduellement toute la matière, sera amenée par différentes voies à se relocaliser sous forme d'oscillateurs primordiaux. Cela se traduit par une augmentation de l'entropie sur laquelle tout le monde est d'accord.

4/ Le côté fractal de la mitose provoque au début, de très nombreuses collisions entre galaxies. Ces collisions reviennent à des relocalisations partielles qui provoquent des annihilations non binaires (analogiques), ce qui revient à :

4-1/ un flux de photons qui sont les vecteurs du retour aux oscillateurs subquantiques et donc une manifestation de l'énergie.

4/2 le côté analogique de cette annihilation, laisse des paires électron-positrons dégénérés (non entières) qui sont la cause de la matière noire.

5/ Puis les fusions dans les étoiles, les collisions cinétiques (locales) sont également des manifestation de l'énergie. Tout cela est la manifestation d'un flux de matière retournant à sa source, via le niveau subquantique.

L'énergie est toujours la manifestation d'un flux de relocalisation

6/ l'affaiblissement avec la distance, des photons émis par les étoiles, est concomitant à l'étirement spatial ET au retour au mode oscillateur dipolaires (relocalisation). Le modèle standard considère donc à tort que cette perte viole la conservation de l'énergie. L'énergie est juste l'expression d'un transfert (ou un flux) entre le niveau quantique et le niveau subquantique des oscillateurs.

7/ Au terme de l'expansion, tout est à nouveau relocalisé dans une infinité d'oscillateur-dipolaires statistiquement déconnectés les uns des autres. L'entropie de désordre est alors maximale.... Et le cycle ne peut que se renouveler.

La farce de l'énergie tient dans le hiatus entre la parfaite description
de toutes ces facettes et la non explication de sa cause



* Il y a des concepts physiques qui ont du mal à passer chez beaucoup de mathématiciens. En voici quelques uns : a) à l'époque, la notion d'entropie de désordre, introduite par Boltzmann ; b) la différentiation essentielle entre le zéro mathématique absolu et le zéro physique relatif ; c) la notion de dualité de localité liée à l'incompréhension du point précédent ; d) la notion d'annihilation analogique liée au point précédent et surtout cette résistance à utiliser les deux voies de recherche réductionnisme ET holiste, plutôt que de se fier uniquement à la première.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

le mystère des positrons

la substance de l'intervalle élémentaire (1)