La farce de l'inflation faisant suite au Big Bang

Constatant que la température de l'univers est égale dans toutes les directions,  et qu'à la vitesse de la lumière il est impossible de rendre isotrope le fond diffus à l'ensemble de l'univers, le Russe STAROBINSKY a proposé une expansion exponentielle au début de l'univers. On sait que la "dangereuse efficacité des mathématiques" est capable de "justifier" n'importe quelles spéculations. Ensuite d'autres physiciens comme GUTH et LINDE ont repris cette spéculation en y apportant quelques modifications.  

Mais toutes ces "avancées" par les voies mathématiques, ne disent absolument rien sur les causes d'une telle inflation ! Comme souvent, on résout une énigme en rajoutant....une autre énigme. D'ailleurs le cosmologiste STEINHARDT (pourtant co-auteur de cette théorie) vient récemment de déclarer que cette théorie de l'inflation n'a rien de scientifique ! Cependant ce dernier propose un autre paradigme lié à un univers cyclique ! Comme OSCAR ? Non car il évoque une sorte de rebond de l'univers (modèle ekpyrotique)  mais sans plus de justification physique. Dans les deux cas, il n'y a pas de vue d'ensemble assortie d'un flot de forts indices concordants, levant du même coup, plusieurs énigmes. 

Et pourtant la spéculation inflationnaire donne quasiment les mêmes effets que la brusque réduction de localité décrite et surtout expliquée par le modèle OSCAR. Celle-ci revient en fait à une déflation ! En effet, lors d'un très cours instant durant la réduction de localité, la vitesse était celle des oscillateurs-tachyons-dipolaires c'est-à-dire : c0 = c ×1033 . C'est bien plus grand que la vitesse de la lumière mais pas infini.  

Croyant être fidèles à Einstein, certains adeptes du MS – plus mathématiciens que physiciens – refusent la grande vitesse co (grande mais finie) et donc acceptent naïvement l'idée d'une vitesse infinie*. Cela vient de la semi prise de conscience de BELL qui a dit : "l"univers est non local" au lieu de dire : "l'univers est basé sur la dualité de localité".  Non seulement cette dualité ne nuit pas à la limite de vitesse c, mais de plus, elle en donne la cause.  

Mais il existe une immense différence entre les deux modèles ; dans OSCAR, ce phénomène n'est pas introduit pour essayer de résoudre un cas particulier mais il découle directement des prémisses.   

Cela montre combien certaines spéculations peuvent correspondre à de réelles observations tout en étant fausses ! Le juge de paix est dans la cohérence globale qui ne se jauge qu'avec le nombre d'énigmes levées.  Quitte à me répéter, on peut juste constater le peu enthousiasme à au moins lister les énigmes.  Le modèle OSCAR est basé sur la clef : la dualité de localité. Or celle-ci implique une dualité de niveaux : quantique à vitesse c et subquantique à vitesse c0.  Or à cet égard on trouve les énigmes standards suivantes :

- le lien fantôme dans l'intrication de deux particules très éloignées, ce qui implique v > c
- la cause de l'effet tunnel qui implique une vitesse v > c
- l'homogénéité du début d'univers qui implique v > c
- la non visibilité des positrons (ces derniers étant confinés dans les protons justement grâce à la généralisation de la polarisation car tous les points de l'univers primordial, étaient causalement liés par v > c).  

Aucun modèle – à part OSCAR – ne résout ces quatre énigmes par le même raisonnement physique. Le modèle d'inflation est farci de spéculations. 
   
* Au sujet de la liaison fantôme plus rapide que la vitesse de la lumière, certains disent : " il n'y a pas de problème .... c'est juste qu'il n'y a pas de réalisme local".  Jean Bricmont* n'hésite pas à dénoncer sévèrement, ce type de faux raisonnement !  De plus les mêmes utilisant ce raisonnement naïf, admettent qu'il puisse avoir une phase inflationnaire où l'expansion est largement supraluminique !  

 * lire en page 2 du document Bricmont : "....Einstein ne croit pas à la non localité...". Il faut dire à ce sujet qu'il existe trois points de vues :

1/ Il n'y a pas de problème (sic) Bricmont dénonce très bien cette naïveté
2/ Il y a non localité de l'univers :  les mathématiciens ne sont pas gênés par l'infini
3/ il y a dualité de localité avec deux vitesses finies dont l'une détermine l'autre.     

Lire en page 4 l'analogie avec une image coupée en deux. A priori elle semble opportune mais en fait elle ne l'est pas car les particules ne sont pas fixées avant la mesure (comme les images).  Cela veut dire que les oscillateurs répondent aux deux exigences : a) leurs deux branches  sont corrélées ; b) l'état varie continuellement.

En page 5, Bricmont dit : "cette action semble instantanée...." puis il corrige en disant : "en tout cas elle se propage plus vite que la lumière". 

En fin de page 5 il montre les différentes interprétations des physiciens au travers de l'analyse de Mermin :

type 1  : sont dérangés par ce phénomène.
type 2a : ne sont pas dérangés mais avec arguments peu crédibles
type 2b :  ne sont pas dérangés mais sans arguments. 

Le grand malaise tient dans différents amalgames comme par exemple,  Born qui confondait la notion de corrélation avec celle de communication. In fine, le modèle OSCAR poursuit l’œuvre de BOHM. Il  dit deux choses : a) le spin appartient aux oscillateurs subquantiques ; b) il donne la cause impérative  de l'existence du  spin qui est une réponse à l'homogénéité de densité dans  le BEC.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

le mystère des positrons

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

la substance de l'intervalle élémentaire (1)