Classement réaliste des particules

Le modèle standard classe les particules selon différentes règles dont celle relative à la dichotomie, boson-fermion. Le boson est sensé se condenser alors que le type fermion ne le peut pas. Une seconde règle consiste à considérer les quarks comme des particules élémentaires. Ces quarks seraient « collés » par d'hypothétiques gluons. Le modèle oscar montre que ce modèle standard ne prend pas en considération la dualité de localité concernant la création des particules. Il est démontré que les créations non locales sont stables alors que toutes les créations locales sont instables. Cette vue limitée au local, a supprimé la possibilité que la matière (proton-neutrons) puisse être composée de paires électron-positrons. Car la création non locale avec séparation, permet aux paires électron-positrons, d'être de se comporter en bosons. Par ailleurs, la découverte des quarks aurait du générer la question de savoir s'il sont constitutifs ou induits dans le confinement des baryons. Pourtant on voit bien qu'ils deviennent instables hors confinement ! Cette question, comme celle relative à la localité, a été éludée. C'est une des raisons pour lesquelles la physique fondamentale est en crise. 


 
1. Classement réaliste des particules : le modèle standard classe (voir tableau 3) sans faire ressortir la genèse de leur existence. Il met l'électron en bas de sa liste, au milieu des particules éphémères alors qu'il est la seule et unique particule libre à être stable et élémentaire. Les quarks, quant à eux, sont instables dès qu'ils sont déconfinés. Il ne sont que des inductions secondaires et surtout pas des particules élémentaires « collées à la glu » ! La seule particule élémentaire est la paire électron-positron, issue des oscillateurs dipolaires séparés. Son origine est totalement éclairée.



Le coefficient τp = 1,0031259 est le taux d'habillage de l'électron dans le proton. Le coefficient τ = 1,00048 est le différentiel entre τp et le taux de couplage de l'électron τc = 1,0026399.



3. Le classement standard : élude la localité et considère à tort les quarks comme élémentaires alors qu'ils ne sont qu'induits. Cela ressemble à une collection de timbres qui n'explique pas les liens de causes à effets, et surtout leurs origines.



Commentaires

  1. J'invite les tenants du modèle standard à relire la fable sur l'éléphant qui montre l'importance de toujours bien considérer la dualité de localité.

    RépondreSupprimer
  2. Rien à voir avec cet article, mais intéressant vu un billet récent que vous avez fait:

    https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/des-etoiles-et-galaxies-toutes-noires-pourraient-exister-dans-l-univers-10603

    RépondreSupprimer
  3. Cela va dans le sens d'Oscar, effectivement. Sauf que pour moi, il ne s'agit pas de "petites galaxies noires" mais de très gros trous noirs de matière noire. Merci LC de m'avoir signalé cet article.

    RépondreSupprimer
  4. NB : ces trous noirs sont accompagnés de BECs très étendus et formant des galaxies noires intergalactiques. Ces dernières servent de zoom gravitationnel pour observer des galaxies visibles lointaines.

    RépondreSupprimer
  5. encore un autre lien au bout duquel il y a quelques explications... façon modèle standard !!!
    https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/trajectoires-des-sondes-spatiales-de-nouvelle-anomalies-10672

    Par ailleurs, avec Jihems, on a rajouté des commentaires sur l'article du 9 mars.

    RépondreSupprimer
  6. Cet article est d'une naïveté insensée !

    Cependant je suis d'accord pour ces anomalies nouvelles qui n'en sont pas.

    En revanche, concernant celle ancienne, de Pioneer 11, elle avait reçu une "explication" que j'ai lue. Elle disait que les photons liés aux systèmes de régulation de température, "pourraient" être la cause du ralentissement. Mais dans le meilleur des cas, cela ne concernerait que 50% du problème !

    Les tenants (les plus psychorigides) du modèle standard, parlent toujours "d'une nouvelle physique" mais en fait, ils en ont peur et font tout pour trouver des "explications" à tout prix !

    Je vais de ce pas voir vos commentaires sur le billet du 9 mars.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

le mystère des positrons

la substance de l'intervalle élémentaire (1)