Nous sommes "enfant de l'univers" (suite et fin)

On a passé en revue les notions de brassage intense,  croissance d'entropiemitose, synchronisation  et  localisation.  Il se trouve que cette quintessence originelle est essentielle pour créer la vie.

Est-ce bien étonnant, si sommes "enfants de l'univers" ?

Bien sûr il y d'autres étapes après la délocalisation (espace) et relocalisation (matière) des paires électron-positrons originelles. Ces paires sont des fermions vis à vis de leur alter ego séparés mais sont des pseudo bosons du point de vue local (entre voisins). Et que font spontanément  les bosons ? Ils forment des BECs. Sans entrer dans le détail, ces pseudo-BECS sont les protons qui avec l'électron périphérique, forme l'atome d'hydrogène. Déjà ici on peut voir que la loi de Fermi est gravement incomplète. Elle confond les paires délocalisées avec les paires créées localement ! Cela est différent car les paires créées localement sont instables. Le proton a un nombre pair (charges masquées) et un positron célibataire (+). C'est d'ailleurs ce que l'on mesure ! Mais alors pourquoi c'est l'électron (–) qui montre son nez et jamais le positron ? Sans entrer dans le détail,  c'est juste une faible asymétrie originelle – née du hasard et généralisée – entre le niveau quantique et le niveau subquantique.  C'est un dipôle espace/matière.    

Donc la seconde étape se trouve effectivement dans les étoiles où l'hydrogène fusionne à cause du brassage intense, due à la pression. Parmi tous les atomes créés, 3 intéressent la vie . Carbone, Oxygène et Azote. En rajoutant la base hydrogène on obtient les CHON qui sont les éléments des acides aminés (briques de la vie). Ces CHONs sont partout dans l'univers et des acides aminés peuplent les galaxies !

La troisième étape réside dans l'intense brassage 3D des océans. Mais là encore, une dualité essentielle est nécessaire. Il s'agit des microfissures 1D minérales. Nous avons donc  des acides aminés (tombés du ciel via les météorites) soumis  au brassage 3D qui construit des milliards de combinaisons aléatoires en des milliards d'endroits durant des milliards d'années. C'est un jeu où l'entropie moyenne et forte peut localement baisser et offrir un flux de synchronisation. Mais ce potentiel de construction est aussitôt détruit s'il n'est pas figé ! Mais il peut-être localisé dans une microfissure minérale 1D.  Or il se trouve que l'intensité du brassage (ressac) est issue de l'interaction entre eau et roche.

C'est là que des "nanobes" (êtres unicellulaires extrêmement simples) sont nés. Ils ont acquis la notion de "peau" (ici encore minérale comme l' œuf) qui sépare ou délocalise intérieur/extérieur. Cette séparation implique une notion de flux. Si ce dernier importe des éléments qui favorisent  la synchronisation et exporte les éléments en désordre, alors la clé de la vie est acquise. En faisant cela il importe de l'énergie et donc se nourrit ! Si le flux de synchronisation est suffisant, alors on aura un phénomène de saturation et donc mitose. Celle-ci n'est rien d'autre que le début de la reproduction de l'espèce. 

La quintessence originelle de la bulle-univers, reproduit les mêmes effets après la complexification. L'information s'organise dans les êtres vivants et leur entropie diminue alors qu'à l'extérieur, l'univers voit son entropie augmenter.
la mitose du BEC originel en 5 étapes
   







Commentaires

  1. On peut être fascinés quand on observe l'écume des vagues contre les rochers. C'est là que tout à commencé sur Terre. Le cycle de la Vie :

    Matrice éternelle (brassage intense) → BEC originel → étoiles et expansion (CHON/acides aminés) → brassage sur Terre (écume océan/roches).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le lien entre bosons de jauge et quarks (14)

La structure des atomes suit la loi ML = Cte (15)

L'éternité paradoxale de l'univers (suite 2)