la création des monopôles par délocalisation

- Sceptique : le modèle standard parle de l'éventuelle existence de monopôles magnétiques, est-ce le phénomène abordé ici selon le modèle Oscar ?

- Non ce qui est abordé ici, c'est la dualité de localité concernant la création de particules et ses énormes conséquences ! Il s'agit de monopôles électriques (électrons ou positrons).  Mais ces monopôles ont avant tout un statut de localité que le modèle standard, ignore.

- Sceptique : pourquoi l'ignore-t-il ?

- Par la sacro-sainte loi qui laisse croire que tout est expérimentable localement. Depuis le début du siècle dernier, on considère que théoriser et contrôler par expérimentation (locale) suffirait pour espérer comprendre les lois de l'univers. Autrement dit, une majorité n'arrive pas à intégrer le principe de dualité de localité. 

- Sceptique quel est l'exemple le plus frappant qui confirme cette erreur ?

- C'est le niveau de trouble très bien décrit par Jean Bricmont relatif à la "non localité" des spins intriqués. Ces expériences sont soient éludées soient non comprises par beaucoup de physiciens !

- Sceptique ; pourquoi mettre entre guillemets, la "non localité" ?

- Parce que même ceux qui cherchent à comprendre, emploient ce terme qui porte un caractère absolu !  Cela laisse entendre qu'il y aurait une communication instantanée ! 

- Sceptique : ce n'est pas le cas ?

- Non ! Comme pour toutes choses, on doit parler de dualité de localité.  Il n'y a pas une vitesse infinie mais juste une vitesse subquantique bien plus grande. Le paradoxe est le suivant : certains préfèrent spéculer sur une vitesse infinie plutôt que d'admettre la dualité  (finie) : {quantique - subquantique}. Ils craignent que la limite c soit détrônée alors qu'au contraire, celle-ci est expliquée par la constance de la grande vitesse des dipôles subquantiques. La formation des physiciens, dans les universités – largement orientée vers les mathématiques –  en arrive à oublier les concepts physiques qui n'admettent pas le zéro absolu et l'infini ! Nous ne cessons de le répéter avec Christian MAGNAN.     

- Sceptique : quel rapport avec le statut de création "non locale" ?

- La création en laboratoire d'une paire électron-positron, est toujours suivie d'une annihilation. Alors que comme le montre le tableau, la création par délocalisation, permet à la paire, de fusionner sans s'annihiler. Plus généralement, on préfère l'absolu (monisme de Spinoza) avec sa notion d'infini, au principe de dualité.          
   

    

Commentaires

  1. Quelle naïveté de croire refaire le Big-Bang (en mode délocalisé) dans le labo pauvrement local !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le lien entre bosons de jauge et quarks (14)

La structure des atomes suit la loi ML = Cte (15)

L'éternité paradoxale de l'univers (suite 2)