Au début courbure valait 1/rayon....

Les premières étoiles – nées très rapidement – avaient une masse imposée par leur matrice BEC à  660 masses solaires ! La durée de vie de telles étoiles est très courte. Elle se compte en millions d'années plutôt qu'en milliards d'années comme notre soleil.  La nucléosynthèse – exothermique de son état – provoque une radiation intense qui équilibre la force gravitationnelle qui tend à écraser l'étoile sur elle-même.

Mais arrivé à la fusion de l'atome de fer, tout s'inverse ! Il a la particularité d'être endothermique. Plutôt que de rayonner de l'énergie, le fer en absorbe ! C'est une catastrophe car la disparition du rayonnement qui luttait contre la pression gravitationnelle, amène l'étoile à s'écrouler sur elle-même ! C'est le fameux "collapsing star" ! Celle-ci peut se transformer en trou noir (black hole), en étoile à neutron ou rebondir élastiquement et carrément exploser en supernova ! Dans ce dernier cas, elle dissémine ses atomes lourds dans l'espace qui vont ensuite lentement se condenser à nouveau et donc créer des étoiles de seconde génération.

Cela veut dire qu'après environ un million d'années, l'univers est passé en mode sombre car la plupart des étoiles primordiales ont disparu en mode trou noir. Mais les très nombreuses collisions précoces, ont cassé ces trous noirs, d'où sont sorties deux catégories : a) la matière noire majoritaire ; b) la matière visible libérée. Et c'est là que sont apparues les étoiles de seconde génération avec une masse moyenne bien plus faible que celle de la première génération. De plus, la dynamique des collisions, produit une grande diversité de masses.       

La vitesse d'apparition, la taille des premières étoiles et leur durée de vie, la période noire sans étoile, restent autant d'énigmes pour le modèle standard. Le modèle OSCAR montre que chaque première étoile était moulée par son BEC hébergeur qui accélère l'accrétion de la matière. Oscar donne la masse-univers :

MU = M xi^8/a² = 10^55 kg

Compatible avec l'observation et avec M la masse de l'électron et a, le ratio a = 137.035999.  Comme la mitose a donné xi^2 BEC-étoiles*, leur masse initiale était bien :

 ME = 6.60×10^32 kg = 660 masses solaires

Regardons maintenant  une des relations d'Einstein, la courbure de l'espace-temps :

4 pi G rho /c² = 1/L² 

Appliquée à notre étoile primordiale, on a : 6.2540634590×10^-25 m^-2.  Or le rayon  correspondant, est très précisément le rayon du BEC, divisé par le coefficient k = xi a / 3^1/2 !   Cela veut dire que l'inverse de la courbure 1D des premières étoiles correspond exactement au rayon de sa matrice BEC, divisé par xi. 






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

le mystère des positrons

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

la substance de l'intervalle élémentaire (1)