différence entre onde électromagnétique et gravitationnelle

Le modèle OSCAR démontre que la cause de la gravitation est liée à la délocalisation de paires de tachyons en paires électron-positrons. Elle correspond à un très faible gradient électrique matérialisant la séparation des paires sur la couche externe (2D) du BEC primordial. 

Je rappelle inlassablement que l'excellent travail de Maxwells a permis une description rigoureuse des phénomènes électromagnétiques mais sans apporter la moindre explication portant sur la mystérieuse notion de "champ". Suivant les traces de Maxwells, Einstein a permis une description rigoureuse du phénomène gravitationnel sans apporter non plus,  d'explication sur la notion de "champ". 

La question est : par quoi est matérialisé l'espace-temps élastique porteur de ces champs ?  

Les billets précédents et le site OSCAR ont largement détaillé la structure de l'espace-temps, basé sur la dualité quantique/subquantique. Cette dualité implique la dualité de localité qui est la clé pour comprendre l'univers. Le niveau subquantique est pavé d'oscillateurs-bosons-tachyons, formant des sphères de 10^21 m de rayon, imbriquées et appelées Condensat de Bose Einstein (BEC). La dualité onde/corpuscule trahit la dualité quantique/subquantique !     

La dualité de localité vient du temps élémentaire commun T qui existe entre l'aller-retour d'un tachyon dans le BEC (halo galactique) et celui d'un photon pour passer d'un intervalle élémentaire L (10^-13 m). Comme tout est oscillateur dipolaire, le partenaire tachyonique du photon annule sa masse apparente. Le partenaire subquantique du photon apparent est la partie "onde" étalée dans le BEC. L'annulation de la masse vient que la partie "onde", conserve le lien subquantique entre les deux photons.     
Alors comment et pourquoi circule le photon ?  Tout simplement par la dualité onde/corpuscule. Le temps T du cycle de l'alter ego tachyon impose la vitesse quantique c = L/T. Pourquoi ? Parce les photons sont toujours les vecteurs du rendu d'énergie quantique → subquantique ! 

Voici deux exemples : 

1/ un électron orbital autour d'un atome, passe "spontanément" à un niveau excité. Puis il revient à son état en délivrant un photon. C'est la transition hyperfine.  Le terme "spontanément" est la façon pudique de dire "mystérieusement". C'est juste une émission perturbative issue du niveau subquantique mais avec une célérité 10^33 fois supérieure à c. Alors le photon existe juste pour assurer le retour progressif dans le sens : quantique → subquantique.... à tout l'univers.   

2/ on injecte l'énergie d'une paire électron-positron au niveau subquantique (appelé naïvement vide) et une paire de tachyons (+/–) émerge sous forme électron-positron, au niveau quantique. Elles s'annihilent aussitôt et produisent deux photons ! La masse a disparu !!! Normal puisque ils sont sous forme d'oscillateurs dipolaires dont le pôle subquantique vient annuler la masse apparente. Cette expérience montre clairement comment la masse est annulée, exactement  comme dans l'oscillateur-boson-tachyon.

Oui mais les ondes électromagnétiques peuvent être arrêtées par la matière alors que les ondes gravitationnelles ne le sont jamais ! 

Pour comprendre la différence il nous faut d'abord évoquer un BEC vide de matière. Par définition ses intervalles élémentaires sont isotropes (bien ronde). C'est l'exigence du BEC ! Les intervalles élémentaires  représentent des mini sphères parfaites ! Maintenant ajoutons la masse d'une étoile en son sein. Toutes les sphères élémentaires (10^-13 m) se trouvent  légèrement aplaties dans le sens radial. Pourquoi ? Parce que la matière est composée de paires électron-positrons ! Elles sont en interaction avec les oscillateurs (voir habillage virtuelle). Le rayon du BEC à diminué et donc la courbure à augmenté !  C'est la cause du principe de la relativité générale :

G rho / c² = 1/L² 

Mais il existe également cette forme :

2 G M / c² = R

 qui donne le rayon  R du trou noir.

Comment agit le trou noir sur le BEC qui l"héberge ? Comme n'importe quelle étoile, il réduit les intervalles radiaux entre les couches de tachyons formant le BEC. Cela veut dire que le BEC vide est un peu plus grand que le BEC habité. Imaginons un trou noir de  la masse du soleil. Son rayon serait de R = 1500 m (!). Imaginons que son rayon/masse varie de sa valeur entière en quelques millisecondes. Vu à la distance L = 1 milliard d'années lumière (10^24 m) , on aurait  une variation de l'onde (ayant diminuée en 1/L)  de :

  DR/L = G M / c² / L = 10^-21

C'est ce qui a été observé par LIGO et VIRGO récemment ! C'est la variation DL/L des sphères élémentaires (ou intervalles entre les oscillateur-tachyon-dipolaires formant les BECs). L'étoile hébergée dans un BEC, déforme (en statique) radialement les sphères élémentaires. Leur aplatissement est compensée par leur étirement tangentiel. En cas de spin-fusion de deux étoiles, il y a bien une vibration des intervalles élémentaires qui se propage d'un BEC à l'autre en s'amortissant en 1/L.
La  source de la gravitation est d'ordre électrostatique mais toute variation de masse provoque une onde. L'onde EM est de type électrodynamique (elle oscille en permanences). 

- L'onde EM est motivée par un retour d'énergie via son vecteur, le niveau subquantique. Comme des rides sur l'eau, l'onde électromagnétique peut avoir un caractère d'absorption ou de réflexion. Pourquoi ? Parce que la dualité du photon l'amène a être aussi au niveau quantique.  Cela veut dire que l'onde EM peut être arrêtée par la matière.      

- L'onde gravitationnelle amène juste une variation de la courbure de l'espace-temps. Les détecteurs LIGO et VIRGO mesurent les variations de courbure du niveau subquantique !  En aucun cas cela ne peut-être réfléchi ou absorbé par la matière. 


 














    

Commentaires

  1. Bonsoir,
    je rattrape mon retard. Ce post est très intéressant, mais pas facile à maitriser.
    Il manque un morceau de phrase en tout début de paragraphe.
    J'ai une question simpliste mais que je préfères éclaircir: plus on se rapproche du centre du BEC hébergeant beaucoup de masse (étoiles, trou noir...), plus les sphères d'espace élémentaires sont aplaties au fur et à mesure qu'on s'en rapproche. Est-ce la cause de l'augmentation de la force gravitationnelle au fur et à mesure qu'on se rapproche de la masse? Ou est-ce simplement un effet d'augmentation de perturbation au fur et à mesure qu'on se rapproche?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

le mystère des positrons

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

la substance de l'intervalle élémentaire (1)