La loi de KOIDE-MAREAU

Je vais tenter de rendre simple ici, ma publication de mai 2016 dans la revue Journal of Physical Mathematics  concernant la nette amélioration de la loi de Yoshio's KOIDE datant de 1981 et qui devient de fait la loi de KOIDE-MAREAU. Cela concerne la masse de 3 particules de la famille des  leptons (sans quarks) : il s'agit du fameux électron me, le muon mu et le tauon mt. On retrouve également cette loi de KOIDE sur wiki. 

(me + mu + mt) / (√me + √mu + √mt)² ~ 2/3

Cette loi comporte un taux d'erreur assez faible (à la 5eme décimale). Complètement inexpliquée dans le modèle standard, elle a cependant permis de prédire la masse du tauon. Si on pose la relation en prenant comme unité la masse de l'électron, on obtient cette distribution :

- électron (me)   = 1 
- muon (mu)   = 206,7682
- tauon (mt)   = 3477,1027 26

Selon le modèle oscar, toutes les particules composites sont  des condensats d'électron-positrons entiers*. La majeure partie de la masse est faite de paires dont les charges s'annulent. La charge du composite est donc donnée par soit l'électron, soit le positron,  célibataire et confiné.  Cependant, il faut prendre en compte trois éléments :

1/ l'électron mesuré est habillé de particules virtuelles et il est donc plus lourd que l'électron nu. 
2/ le nombre total doit être impair car muon et tauon sont chargés.
3/ pour le muon, le modèle OSCAR est cohérent avec 103 paires + 1, soit : 206 + 1 = 207 éléments.     
En appliquant le ratio d'habillage du muon : 207 / 206.7682 = 1.001120, on obtient le taux d'habillage de l'électron dans le muon. En appliquant ce même taux au au tauon, sa masse correspond à 3481 éléments entiers ! Ainsi l'erreur de la loi de KOIDE, modifiée MAREAU,  devient plus de 100 fois plus faible !
 
(1+207 + 3481) / (1+ √207 + √3481)² = 2/3

Même réduite, cette erreur doit être justifiée.  Or le modèle montre que le taux d'habillage des paires électron-positrons, est variable en fonction des types de particules composites.  Entre le muon et le tauon, la différence est très faible. Puis une correction a été proposée pour baisser encore le taux d'erreur à la 14éme décimale ! 

Mais là où l'extension MAREAU de la loi KOIDE, devient intéressante est qu'elle s'étend également au neutron (1840 + 2 = 1842), aux paires neutres du tauon (3480), du muon (206) et du proton (1840) selon :

3 neutrons = tauon + muon + proton
3 × 1842    =  3480  +  206    +  1840 

Et là, le taux d'erreur est nul ! Cela montre que le proton est également composé de paires électron-positrons. On a également la quintessence :
---------------------------------------------------------------------
électron  +  muon +  tauon  +  proton  =  neutron + 4/3
      1        +   207    +  3481    +   1841     =   1842 + 4/3 
---------------------------------------------------------------------
La cerise sur le gâteau est dans la comparaison du taux d'habillage du proton : 1.0031 = 1841/ 1836.15  avec celui du muon. Ce ratio donne très précisément le taux d'anomalie du moment magnétique de l'électron ! Comme ce taux est très bien mesuré (avec 12 décimales), on atteint là encore un accord à 12 décimales !

Le modèle OSCAR, par d'autres voies, montre que toutes les particules composites sont dans ce cas. Cependant le proton n'est pas un lepton mais un baryon car il comporte des quarks. Le modèle montre que ces quarks sont induits par les 4 groupes (1840/4) et donc 3 intervalles formés par les paires électron-positrons.  Ce sont ces intervalles qui induisent les quarks ! Avec cela, il donne précisément le rayon du proton !  Il montre que les leptons ne sont formés que d'un seul groupe et donc zéro intervalle et zéro quark ! 

Comment après cela peut-on encore croire à un proton dont la structure composite est d'ordre mathématique ?           

 
* Les particules stables sont toujours de création non locale. De ce fait, leurs paires électron-positrons, sont de type boson et peuvent donc se condenser !  En revanche, les paires créées localement voient leur positron s'annihiler avec n'importe quel électron voisin. L'instabilité du positron créé localement, ne représente pas la réalité holiste de l'univers. Le modèle standard souffre d'abord de la cécité concernant la dualité de localité.     



        

Commentaires

  1. Impressionnant !

    Mais si j'en juge par le commentaire plus que prudent que l'on trouve sur wikipedia, vous avez encore du boulot pour convaincre ! ...

    RépondreSupprimer
  2. Oui et je viens de décider d'écrire : "la naissance de l'univers pour les nuls". Il faut écrire et argumenter pour tenter de convaincre.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le lien entre bosons de jauge et quarks (14)

Présentation du blog

La structure des atomes suit la loi ML = Cte (15)