Le mystère Pioneer 11

Le rayon du BEC primordial est fixé par l'amplitude des oscillateur-tachyons. Juste avant la saturation-séparation, il n'y a plus d'intervalle tangentiel entre oscillateurs voisins.  Les paramètres aléatoires hérités étaient les suivants :

1/ intervalle spatial radial élémentaire entre couches de tachyons : L ~ 10^-13 m (Compton électron) 

2/ Nombre de couches de tachyons formant le BEC : = xi^3 (10^33) 
    
3/ Rayon du BEC : R = L × xi^3 = 10^21 m

4/ épaisseur tangentielle corde-tachyon : r = L / xi = 10^-24 m 

5/ le temps d'un cycle des tachyons dans le BEC : T = 10^-21 s  

On peut en déduire le ratio d'intervalle élémentaire radial/tangentiel = L / r = xi = 10^11.  En 2D ce ratio vaut donc : xi^2 (10^22) sur la surface du BEC. C'est donc ce taux de mitose xi^2 qui fera passer la surface élémentaire r² → L²  pour répondre à l'obligation d'égalité radiale-tangentielle (isotropie) et donc amener un parfait équilibre aux xi^2 BEC-fils-étoiles.      

 Mais cet équilibre est-il vraiment parfait ?

Pas tout à fait car les BECs sont perturbés par leur étoile-hôte. Les BECs voient leur rayon diminuer en fonction de la masse de l'étoile.  Par exemple le soleil (R0 ~ 10^8 m) amène une légère anisotropie moyenne à tout le BEC. Le calcul DL/L est simple : R0 / R = 10^-14.  Chaque petite sphère élémentaire n'est plus tout  fait sphérique. Em moyenne, elle est aplatie du ratio : 1+10^-14,  ce qui est guère mesurable. Le rayon du BEC en est donc réduit d'autant.

Cette déformation variant en 1/L est différente de la courbure d'Einstein en 1/L².  Le gradient de la variation en 1/L est constant dans tout le BEC. Un corps au repos (dans l'axe radial) est toujours en interaction avec les oscillateur-tachyons. Ces derniers sont forcés d'accélérer pour compenser l'agrandissement progressif des ξ3 intervalles élémentaires radiaux. Cela se calcule par le truchement d'une vitesse caractéristique (vo) qui est une constante liée à la masse de l'étoile hôte. Pour le soleil (M = 2 × 10^30 kg) on a : vo² = G M / R(BEC) et donc vo = 0.43 m/s.

γo = – vo / te ξ3 β = 3.21 × 1014 m/s²

Avec ξ = xi et  β = 2 2 la borne de Tsirelson liée au rapport de localité avec le niveau subquantique. Au niveau de la Terre cela passe totalement inaperçu. Mais pour la sonde Pioneer 11, on note une mystérieuse décélération constante. Elle est mesurée à 8.76 × 1010 m/s². Sa vitesse radiale est de :  v = 11 800 m/s.  Avec cette vitesse on vérifie l'accélération mystérieuse de Pioneer 11 :
 
γ = – v / te ξ3 β = 8.76 × 1010 m/s²

On verra qu'il en est de même pour la matière noire où la mesure montre (par effet de cisaillement) qu'elle se libère d'un coup à la frontière du halo galactique qui n'est autre qu'un enchevêtrement de BECs. 





 
          
   

Commentaires

  1. Bonjour Mr MAREAU.

    Je vois que les partisans de la théorie de la "gravité obscure" (DG) sont aussi à la recherche d'une explication pour le mystère Pioneer 11 ... Vous avez de la concurrence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour jihems.

      La théorie de la gravité obscure parle en effet d'une certaine dualité pour la gravitation. Mais elle part d'une spéculation mathématique faisant intervenir un second univers. De plus sa cohérence est très limitée car elle ne résout pas les fameuses 53 énigmes. Elle ne les a même pas recensées !

      Il y a une ambiguïté sur "l'énergie négative". Il faut préciser si le signe "–" indique le sens d'un flux ou alors quelque chose qui se rattache à une gravitation qui repousse plutôt que d'attirer. Cette dernière option est une spéculation de mathématicien qui ne comprennent pas grand chose à la physique !

      La gravitation est née d'une séparation (délocalisation) et ne peut être qu'attractive. Une gravitation "négative" est inventée pour essayer d'expliquer la cause de l'expansion de l'univers. Mais cette cause est donnée chez oscar par le truchement de la mitose fractale. Le BEC initial saturé n'a pas d'autre solution que de se diviser en plusieurs étapes jusqu'à ce que les BEC-fils soient isotropes (intervalle radial = intervalle tangentiel).

      Supprimer
  2. Merci pour votre commentaire. C'est vrai que cette "gravitation négative" me laisse pour l'instant perplexe ...

    RépondreSupprimer
  3. En complément je dirais que la mitose revient à étirer les intervalles élémentaires un peu comme des milliards de ressorts qui veulent reprendre leur flèche initiale.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Présentation du blog

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

le mystère des positrons