le temps du cycle de la bulle-univers

Regardons cette fascinante et simple relation : 

P = c^5 / G

Elle est cohérente à la dimension d'une puissance en watts : P = [M L^2 / T^3]*. Or on sait que la puissance multipliée par le temps TU, donne l'énergie E, soit : P TU = E et donc : TU =  E / P . 

En reprenant la masse-univers (billet précédent)

MU = me xi^8 / = 1,58 × 10^55 kg 

avec me la masse de l'électron et en multipliant par c² on obtient l'énergie

E = MU c² = 1.42 × 10^72 joules 

C'est l'énergie que l'état "bulle-univers" a emprunté à l'état stochastique. Cette énergie sera intégralement rendue** dans le temps TU de cycle de la bulle-univers selon :

TU =  E / P  =   3,91 × 10^19 secondes = 1214 milliards d'années

Mais le modèle indique que la vitesse moyenne d'expansion vaut 2,5 c et que donc ce résultat est à diviser par son carré comme c², soit 2,5². Cela donne un cycle de :

TU =  E / 2,5² P  = 198 milliards d'années.    

Ce résultat est le même que celui obtenu par trois autres voies.  La première de ces 3 autres voies, consiste à vérifier que la bulle-univers est bien un trou noir puisque rien n'est rayonné à l'extérieur  (la matrice d'oscillateurs stochastiques du zéro, dans laquelle est plongée la bulle-univers) : 

G MU / 2,5² c^3 = 198 milliards d'années

La seconde voie part du temps T élémentaire (de l'électron ou du tachyon = 10^-21 s). Selon les règle classique de l'oscillateur, ce temps est dilaté par la racine carrée des xi^8 paires élémentaires primordiales (soit xi^4) :   

T xi^4 / 2,5² = 198 milliards d'années 

La troisième voie utilise la fameuse équation d'Eddington avec h (en fait h bar la constante réduite  de Planck) et m la masse de l'électron :   

  h² / (2,5² G a^2 m^3 c) = 198 milliards d'années

Ces 4 voies permettent de trouver le même temps TU du cycle de l'état*** "bulle-univers".   Le rayon final correspondant, amène tous les BECS à paver précisément la sphère creuse 2D de la bulle-univers arrivée  à terme.  A ce stade, les BECs se déconnectent entre eux et se diluent à nouveau, dans l'état stochastique. 

Comme nous en sommes actuellement à 13,7 milliards d'années, il nous faudra ne pas attendre la fin du cycle (dans 184 milliards d'années) pour comprendre que ce petit caillou appelé Terre ne peut être protégé et géré que par un gouvernement global et non par une ONU affligée du veto qui empêche de prendre des décisions démocratiques i.e. à la majorité.

Il est remarquable de constater que la relation P = c^5/G donne directement la puissance de l'état d'univers-bulle ! Ensuite, multipliée par le temps de cycle TU, on obtient l'énergie et donc la masse de l'univers. Les différentes voies de calcul, fixent la constante G avec précision. On vérifie encore et encore que même cette puissance P peut s'écrire avec les paramètres de l'électron (me, le, te) :    

P = c^5/ G = xi^4 me le^2 / te^3

Les paramètres de l'électron valent dimension : [ M L^2 / T^-3],  précision numérique avec xi^4 et surtout cohérence du raisonnement.


* démonstration avec G = [L^3 / M / T^2] soit P = [M L^2 / T^3] [L^5 / T^5] / [ L^3 / M / T^2] . Le M passe au numérateur ; le L^5 / L^3 donne L^2 et T^5/ T2 donne bien T^3.

** Ce rendu est sous la forme de relocalisation dans le confinement des oscillateur-dipolaires où l'énergie revient sous forme d'impulsions contraires et symétriques, où M L T sont parfaitement annulées. 

*** L'erreur courante est de parler de "l'univers" alors qu'il est foncièrement dual ! Il y a l'état stochastique éternel,  générateur du zéro physique parfait ET l'état "bulle-univers" qui se calcule comme l'oscillateur géant ayant fédéré tous les oscillateurs élémentaires synchronisés.  



Commentaires

  1. Effectivement ! ... Même si nous avons encore un petit peu de temps devant nous, faudra pas en abuser.

    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  2. Ca y est! jai réussi à vous lire grace à votre procédure!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

le mystère des positrons

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

la substance de l'intervalle élémentaire (1)