Mitose fractale = énergie sombre + matière noire

Voici un extrait de Wikipédia qui résume le modèle standard à l'égard de la distribution de l'énergie sombre et de l'énergie noire. J'ai surligné ce qui m'apparaît inexact ou spéculatif :

- « .... l'univers (a) est composé d'énergie sombre emplissant tout l'Univers et dotée d'une pression négative (b), qui la fait se comporter comme une force gravitationnelle répulsive (c). L'existence de l'énergie noire est nécessaire pour expliquer diverses observations astrophysiques, notamment l'accélération de l'expansion de l'Univers détectée au tournant du XXIe siècle.
Malgré une densité très faible (de l'ordre de 10−29 g/cm3) (d), l'énergie noire est une composante majeure de l'Univers (a), représentant environ 68 % de la densité d'énergie totale. Sa nature reste aujourd'hui encore inconnue (e). ..... L'énergie noire ne doit pas être confondue avec la matière noire qui, au contraire (f), ne remplit pas uniformément l'Univers et qui interagit normalement (forces attractives) avec la gravitation .... ».

Remarques :

a) parler de « l'univers » sans préciser qu'il a deux états est une erreur ;
b) il est naïf d'évoquer une pression négative pour « expliquer » l'accélération ;
c) l'idée d'une répulsion gravitationnelle est infondée et spéculative ;
d) l'expression moderne de la densité se fait avec les unités, kg/m3. Ce nombre est à multiplier par 1000 soit : 10–26 kg/m3. De plus il est sous estimé d'un facteur 6 !
e) sa nature est inconnue pour le modèle standard mais expliquée par le modèle OSCAR.
f) la matière noire remplit la bulle-univers, elle n'est pas seulement dans les galaxies.

Encore une fois, il faut distinguer la qualité des observations cosmologiques de leurs interprétations physiques. Le regard du mathématicien sur la physique, de nature analytique et réductionniste, devrait s'inspirer aussi de la démarche synthétique. La sagesse est dans la dualité {réductionniste + holiste}. Le modèle standard est en crise à cause de modèles mathématiques, éloignés du réel.

La clé du modèle OSCAR est duale :

a) le zéro absolu mathématique est incompatible avec la physique ;

b) l'ontologie du zéro physique est issue de la dualité de localité.

Sur cette base il montre pourquoi il existe un état stochastique permanent de l'univers, peuplé d'une infinité de boson-oscillant-zéro-duaux. Dans le référentiel boson-dipolaire, les paramètres M L T = 0. Statistiquement, le brassage induit une fusion-synchronisation des boson-oscillants qui forment un BEC originel (toujours avec M L T = 0). La saturation induit la réduction de localité (séparation en monopôles) qui induit l'émergence de la matière-temps sur l'aire du BEC (hologramme). Dans le même temps, la mitose fractale (volume du BEC) se développe en 5 étapes fractales. Ces 5 étapes de mitose, induisent l'expansion. A chaque étape, est éjecté un enchevêtrement, à vitesse c. L'isotropie des éjections est la cause des nombreuses collisions observées.

Ces collisions sont des recouvrement partiels de localité qui dégénèrent la matière visible en matière noire. Ainsi le volume de la bulle-univers est fait de couches de BECs dont les vitesses varient de : 0 à 5 c. Le modèle montre que notre galaxie est située dans la couche : v = 0,511 c. Le rayon max actuel, de R(t) = 61 G.y.l (milliards d'années lumière) est déjà en décélération ! Le BEC fossile est détecté vers l'éridan et sa taille est de 1,8 G.y.l ! Notre horizon cosmologique nous permet de voir localement, une accélération de l'expansion des couches en retard dont la nôtre. La vitesse moyenne de l'expansion, 2,5 c, ramenée à l'horizon cosmologique est : (45/61) × 2,5 c = 1,84 c. Si l'on compare l'énergie de l'expansion locale : M v² / 2 à l'énergie interne M c² on obtient le facteur : v² / 2 c² = 1,7. Ainsi le pourcentage : masse noire + visible, devient  : 100 – 68 = 32 % ! Cependant le ratio OSCAR, masse noire / visible, est d'environ 36 et non 6, comme estimé par le modèle standard. Voir ci-après : distribution selon modèle OSCAR.

L'énergie « sombre » n'est donc que cette accélération différentielle qui est amenée à disparaître lorsque les vitesses d'expansion, seront équilibrées. En revanche l'énergie visible se transforme progressivement en énergie noire, par les collisions (réduction de localité) successives. A terme tout devient photons amenés à quitter la bulle-univers pour se dissoudre dans l'état stochastique.  

Le ratio de masse noire / visible est effectivement de 6 dans les galaxies mais passe à 36 dans les espaces intergalactiques. On le constate déjà dans les halos de galaxies naines

Interprétation standard du relevé du satellite Planck



Interprétation par le modèle OSCAR où le ratio noire/visible est 6 fois grand.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le lien entre bosons de jauge et quarks (14)

Présentation du blog

La structure des atomes suit la loi ML = Cte (15)