Précocité des galaxies et grandes structures

En 2016, on découvre avec stupeur, la galaxie GN-z11 bien plus précoce qu'attendu, soit à 400 millions d'années-lumière de l'origine ! Elle se situe dans la direction de la constellation de la Grande Ourse (ascension droite : 11 H ; déclinaison = 45°). Cette distance est en total désaccord avec le modèle standard (MS) qui considère que les grandes galaxies sont nées de l'accrétion très progressive de galaxies naines, entrant en collisions. Ce point de vue est élaboré en tenant compte des éléments suivants :

- a) pour une galaxie typique, le temps d'accrétion d'un nuage d'hydrogène pour former une étoile, par la seule loi gravitationnelle, est bien plus long que cela !

- b) on observe effectivement des collisions très fréquentes.

Cependant, le MS ne se pose pas la question de la cause de la conformation systématique en galaxie. Ce n'est pas le cas du modèle OSCAR où les BEC-fils hérités de la mitose, sont des matrices d'étoile. Par ailleurs, les collisions ont plutôt tendance à fabriquer de la matière noire (par réduction partielle de localité) et donc de faire maigrir la partie apparente des galaxies. Cette matière noire migre vers les galaxies noires matérialisant les creux inter galactiques.

Donc le modèle OSCAR indique que ce sont les grandes structures qui se forment en premier. Nous indiquions ici que le côté fractal de la mitose, procède par 5 étapes successives. Or cela correspond aux observations des grandes structures de l'univers :

- 1) les grands murs ;
- 2) les supers amas ;
- 3) les amas ;
- 4) les galaxies ;
- 5) les étoiles.

Ce lien montre que la structure galaxie est particulièrement bien équilibrée. Il indique aussi que chaque BEC accélère l'accrétion du gaz hydrogène pour former l'étoile, en son centre. Le tableau 30-2 montre que la gravitation a deux composantes : la composante BEC est (en moyenne), 100 mille fois plus forte. C'est également ce qui explique le ralentissement « anormal » de la sonde Pioneer 11. La composante classique de la gravitation, prend ensuite le relais à plus faible distance. Ainsi, les étoiles se forment en même temps que les galaxies et ce entre 300 et 500 millions d'années. Ce temps court est en plein accord avec l'observation de la galaxie GN-z11 qui est en formation accélérée, d'étoiles !

A ce sujet – comme en tant d'autres – certains adeptes du modèle standard, font un amalgame entre cause et effet. Les collisions de galaxies (dont l'intensité est élevée en fonction de la distance) ne montrent pas un scénario de type : galaxies naines → grandes galaxies mais au contraire, une réduction des parties visibles au bénéfice de la matière noire. L'aspect holographique du BEC fossile amène, par collisions, une dégénération des bases de la matière, par réduction partielle de locali. C'est d'ailleurs pour cela qu'une collision est toujours accompagnée de « nuage » de matière noire (DM).

Ce qui est également significatif, c'est l'étude des halos de galaxie « naines ». Ces derniers sont bien plus étendus que les halos des galaxies visibles. Or le modèle OSCAR montre que le couplage au BEC de la DM est plus faible que celui de la matière visible. Ainsi certaines galaxies dites « naines » sont en fait, aussi massiques que d'autres si l'on inclus sa DM, répartie dans son immense halo. Bien sûr il est possible que certaines galaxies soient devenues réellement naines par arrachement de sa matière.

Notre position (0,51 c) génère une accélération vers le grand Attracteur et donc atténue l'effet d'éloignement dans cette direction. Cette direction est opposée à celle du BEC fossile d'où nous venons. Il devrait donc y avoir une légère anisotropie qui expliquerait l'anomalie gravitationnelle constatée. 

 

Commentaires

  1. La conséquence des 5 étapes de la mitose fractale, se retrouve véritablement partout !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

le mystère des positrons

la substance de l'intervalle élémentaire (1)