Halo galactique, un enchevêtrement de BECs

On observe un halo autour de la galaxie d'Andromède dont le rayon est d'environ 200 000 années-lumière. Il est 4 fois supérieur au rayon de la galaxie qui est d'environ 50 000 années-lumière. Le modèle OSCAR montre que chaque étoile est logée au centre d'un BEC dont le rayon est contraint d'avoir une taille d'environ 150 000 années-lumière. Mais comme chaque galaxie contient des milliards d'étoiles, le rayon global du halo représenté par des milliards de BECs enchevêtrés ne peut faire que 150 000 + 50 0000 = 200 000 années-lumière.

On comprend de suite que l'écart maximum des centres des BECs enchevêtrés est égal au rayon de la galaxie. Le halo de notre Galaxie qui apparaît plus grand devrait contenir plus de matière noire. Le modèle standard considère ces halos de galaxie comme des halos de matière noire. Ce n'est pas tout à fait exact. Ces halos sont des BECS très enchevêtrés qui tranchent avec les BECs intergalactiques peu enchevêtrés et étirés par l'expansion. Selon le modèle OSCAR, le centre des galaxies se comporte (à moindre intensité) comme le BEC originel en séparant des monopôles dans le cadre d'une réduction de localité. Les monopôles obtenus sont des paires électrons ou positrons éjectées à vitesse c ! Ils sont donc relativistes (voir les rayons cosmiques). Une partie de ces paires arrive sur Terre et une autre partie, entre en collision. Selon l'angle incident des origines des collisions, ils subissent donc une réduction partielle de localité. Cela crée des gravats d'électron-positrons incapables de construire des atomes ! C'est la matière noire. Comme le taux d'interaction matière noire-BEC est assez faible, ces débris (matière noire) ont tendance à migrer rapidement vers l'extérieur. Puis à la frontière du halo, ils trouvent des BECs encore moins enchevêtrés et donc avec un taux d'interaction encore plus faible. Cela créé un delta de densité du flux migrant à la frontière et c'est exactement cela qui est mesuré !

Le paquet de BECs formant halo, se comporte quasiment comme un BEC. Tous ses points sont liés par le centre commun, avec la constante de temps élémentaire : te = 1,28 × 10–21 s. Le spin est physiquement propre aux dipôles du BEC. Comme chaque élément de matière est en interaction avec un dipôle subquantique, alors on peut considérer le BEC comme un immense computer qui relie tous les éléments de matière, par le spin. La fameuse dualité onde/corpuscule trahit la dualité quantique / subquantique et donc la dualité des vitesses, marqué par le ratio ξ3. La fameuse réduction du paquet d'ondes de Schrödinger correspond au rapatriement des ondes éparpillées dans tout le BEC. Mais contrairement à la conclusion naïve du modèle standard, cette réduction de localité n'est pas instantanée ! La vitesse infinie est une chimère !

Le modèle OSCAR prévoit que certaines galaxies naines sont en fait de taille normale mais remplies de matière noire. Comme vu plus avant, le taux d'interaction BEC-matière noire est plus faible ! Donc cela réduit le taux d'enchevêtrement. Il vient donc que ces galaxies doivent avoir des halos bien plus étendus ! C'est bien ce qui est observé ! Cela est cohérent avec ce que l'on observe également dans le cadre de l'expansion. L'expansion ne concerne pas les galaxies mais les zones intergalactiques qui paraissent vides... En fait ces grands trous sont des BECs de matière noire qui se déchevêtrent au gré de l'expansion.

Notre Galaxie (la Voie Lactée) possède environ 5 fois plus de masse noire que de masse visible. Sa masse visible est d'environ 300 milliards d'étoiles et donc sa masse totale est équivalente à ξ = 1,5×1011 étoiles comme le prévoit le modèle OSCAR. Le rayon visible est d'environ 50 000 années-lumière. En revanche son halo est plus grand que celui d'Andromède, car il est d'environ : 300 000 années-lumière. Cela s'explique car la masse noire possède un taux d'interaction avec les dipôles du BEC, plus faible que la masse visible. Cela les rend plus lâche et leur permet de s'étendre. Ainsi en milliers d'années-lumières, on a :

- 25 % masse visible (Andromède) : halo = 150 + 50 = 200 ; H / RG = 4
- 20 % masse visible (Voie Lactée) : halo = 150 + 50 + f(DM) = 300  ; H / RG = 6
- 1 % masse visible (NGC 529 IN) : halo = = 150 + 40 + f(DM) = 400 ; H / RG = 10 

On sait que le facteur : rayon halo / rayon visible (H / RG) évolue avec le taux de DM. Pour Andromède on a 4 → 4 ; pour la Voie Lactée on a : 5 → 6 et la galaxie naine citée : 100 → 10. Cela laisse entendre que les halos des galaxies naines (issues de collisions) s'étendent en participant ainsi, à l'expansion. A terme, toutes les galaxies deviennent noires.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le lien entre bosons de jauge et quarks (14)

Présentation du blog

La structure des atomes suit la loi ML = Cte (15)