Détail des noyaux de 40 atomes

dessin simplifié du noyau de l'atome Oscar 

On a vu que la non localité de la création des paires électron-positrons leur donnait 
un statut de quai-boson, contrairement aux créations locales et donc instables.

Le modèle standard considère le noyau des atomes comme des grappes de neutrons de protons un peu comme l'ancienne image de Thomson, reportée au niveau de l'atome entier. En revanche, le modèle OSCAR applique la loi universelle ML = Cte qui est la cause de la loi de Compton. En effet, plus la masse de la particule est grande, plus son rayon est petit. C'est d'ailleurs ce qui permet d'être en accord avec la mesure du rayon du proton, sous condition qu'il soit divisé en 4 groupes neutres de paires électron-positrons. Le principe du proton est décrit ici avec une seule orbitale centrée. Pour les atomes dont les couches électroniques (2, 8, 18, 32...) sont distribuées selon ce schéma : 


le principe du noyau est plus complexe car il est à l'image des orbitales des électrons. Le premier dessin montre que sa masse principale est composée de couches neutres superposées et donc avec l'annulation des charges électriques. Mais les positrons confinés, se repoussent entre eux et forment des figures qui sont à l'image de celles de la configuration atomique.



Organisation interne de 40 atomes

Le ratio constant (α² π/2) est celui qui existe entre le rayon de l'atome d'hydrogène et celui du proton. En appliquant ML =Cte, on en déduit le rayon du noyau avec le nombre par groupe (88 pour l'hélium). C'est toujours un nombre entier et pair pour satisfaire la condition de neutralité. Ensuite, connaissant le nombre de paquets de 1840 unités (4 pour l'hélium) on trouve le nombre de groupes (83 pour l'hélium). On vérifie ensuite par le ratio constant, de combien on s'écarte de la mesure du rayon de l'atome considéré, ce qui donne le coefficient d'erreur. La colonne N → coef indique le nombre d'unités du groupe neutre complémentaire qui est forcément entier et pair.


Le concours de tous ces entiers permet de retrouver les rayons mesurés des atomes. Il convient de comparer les taux d'erreur avec ceux du modèle standard. Voir par exemple ici la mesure du rayon de l'atome de carbone soit : 70×10–12 m pour : 67×10–12 m calculé par le modèle standard, alors que le modèle Oscar donne : 71×10–12 m. Le dernier de la liste s'arrête à l'or (Au) car au-delà on ne dispose pas de mesures pour comparer.

 

Commentaires

  1. Il faut bien noter les deux clés : ML = Cte → rayon de Compton et la dualité de localité → dualité onde-particule.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le lien entre bosons de jauge et quarks (14)

Présentation du blog

La structure des atomes suit la loi ML = Cte (15)