L'éternité paradoxale de l'univers (1)

Voici un dialogue avec monsieur Sceptique au sujet de la « création » de l'univers.... De nombreuses références vont émailler les réponses et notamment celles liées au modèle OSCAR. Habituellement la méthode employée consiste à utiliser les éléments physiques connus et les transposer dans le passer en remontant le temps. Ici nous procéderons par itération ! Pour booster le raisonnement, nous inverserons la flèche du temps autant de fois que nécessaire pour bien vérifier la cohérence entre ce qui est possible physiquement dans le passé et ce qui est vérifiable dans le présent. C'est une oscillation permanente. Nous mettrons à jour les grands attracteurs de la nature en montrant qu'ils sont non seulement à la base de la genèse de l'univers mais toujours bien mesurables et observables.

- Sceptique : il y avait quoi au début  de l'univers ?

- Moi : il n'y a pas de début.....

- Sceptique : donc c'est un cycle mais il a bien fallu qu'il démarre une fois ?

- C'est effectivement un cycle mais sans démarrage.....

- Sceptique : c'est inconcevable !

- C'est tout à fait concevable , il suffit juste de définir très précisément ce qu'est le néant.

- Sceptique : je suis tout ouïe !

- il faut déjà comprendre que ce qui va suivre est cohérent avec une chaîne inducto-déductive qui lie cette physique non visible en direct, avec ce que l'on peut observer à toutes les échelles. Il n'est introduit aucune spéculation.

- Sceptique : comment ne pas spéculer sur des phases que nous sommes condamnés à ne jamais voir ?

- On sait depuis longtemps que la notion de « voir » est très différente de celle que nous avons couramment à l'échelle macroscopique. Ici il s'agit plus de comprendre et d'expliquer que de simplement décrire. L'explication s'appuie sur la cohérence de la chaîne « inducto-déductive » accrochée aux réalités objectives des observables. Parmi les observables, 52 énigmes fondamentales sont non seulement prises en compte mais résolues par un mouvement itératif (oscillant dans la flèche du temps). Il n'existe aucun autre modèle d'univers qui sache résoudre ces 52 énigmes recensées. D'ailleurs ce recensement, dénombré à 52, est inédit.

- Sceptique : alors quelle est exactement la forme de ce néant éternel ?

- C'est une bonne question ! le néant est un état dynamique permanent fait d'une infinité d'oscillateurs dipolaires.

- Sceptique : qui a mis en place ces oscillateurs dipolaires, Dieu ?

- On peut l'appeler comme cela mais en fait c'est le paradoxe le plus fondamental de l'univers tout entier ! Explication : a) on sait que la longueur de Compton L d'une particule est inversement proportionnelle à sa masse M. Par exemple, on montre que le rayon du proton est exactement égal au Compton de l'électron, divisé par le quart de sa masse. Le facteur 4 est justifié mais non discuté ici. Cela veut dire que M × L = constante ; b) on montre en détail que le zéro absolu (des mathématiques) est impossible à appliquer aux paramètres physiques. En revanche, la notion de nombre peut être infinie (inverse du zéro absolu) si et seulement si, les paramètres physiques sont annulés.

- Sceptique : mais où est le fameux paradoxe de la genèse ?

- Le voici : mais avant, voyons ce qu'est le concept de l'inertie M. Je serais le premier sceptique à refuser qu'elle puisse avoir magiquement une valeur supérieure à 0 ! Mais le problème est qu'elle ne peut pas non plus prendre la valeur zéro !!! Cela voudrait dire que son amplitude L deviendrait infinie. Donc ce paradoxe fondamental nous dit que M est « coincée » entre deux états interdits : M = 0 ; M > 0 !

à suivre ..... (1)



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

le mystère des positrons

la substance de l'intervalle élémentaire (1)

Le lien entre bosons de jauge et quarks (14)