le paradoxe existentiel et la synchronisation (suite 5)

- Sceptique : donc le zéro absolu est comme un « puits sans fond » qui génère 3 attracteurs fondamentaux.

- Oui on peut le dire comme ça. Avant d'aborder l'attracteur « synchronisation », il nous faut bien détailler ce « brouillard » d'oscillateurs dipolaires désordonnées qui représentent le néant fluctuant. L'entropie de désordre est maximale ! Il faudrait une mémoire infinie pour stocker toutes les informations d'un tel brouillard. L'aléa règne en maître ! Là encore, l'attracteur du zéro absolu, s'applique à l'entropie de désordre (ou information). Ce coût énorme en terme d'information, doit absolument diminuer. Or la synchronisation est la bonne réponse pour diminuer l'entropie. Si tous les oscillateurs sont synchronisés alors le niveau d'information devient plus simple. Ils ont tous même longueur, même masse et donc même fréquence et même charge. Les constantes physiques de l'univers apparaissent mais restent confinées et donc annulées, à ce stade !

- Sceptique : comment l'univers « sait-il »  qu'il doit diminuer son entropie de désordre. N'est-on pas là dans le domaine de la spéculation ?

- Non car ce phénomène de synchronisation naturelle est largement vérifié partout et à toutes les échelles. C'est un puissant attracteur car il diminue l'entropie de désordre. De nombreuses thèses universitaires parlent de la puissance de cet attracteur et malheureusement, nombre de physiciens l'ignorent. Fondamentalement, l'entropie informationnelle est liée à l'entropie énergétique.

- Sceptique : cela sous-tend que l'entropie de désordre ou informationnel de ce néant sans énergie puisse être assimilable à la forme énergétique de l'entropie classique ?

- Oui et nous préciserons ce qu'est l'énergie. Le modèle défendu part d'un néant sans énergie et il doit absolument justifier ce qu'est l'énergie que nous savons mesurer tous les jours. Nous verrons que la définition standard est très étriquée. Elle ne fait que la décrire (très bien sous toutes ses formes) mais ne l'explique pas ! Dans les pages à suivre, nous verrons que le concept d'énergie (macro et quantique) n'est que la traduction du retour à l'état stochastique. Mais il est trop tôt pour le détailler maintenant. Revenons à l'attracteur de synchronisation : il existe une autre raison, plus fondamentale, pour justifier l'attracteur « synchronisation ». Comme le temps ne s'écoule pas, le nombre de brassages, entre dipôles, est potentiellement infini ! L'infini (qui est le dual du zéro absolu) se confirme encore comme l'attracteur universel. La synchronisation est ainsi la seule voie pour espérer (!) s'approcher du zéro physique absolu. Encore une fois, la nature admet des nombres infinis si et seulement si, le dénombrement est neutre vis à vis des paramètres physiques.

- Sceptique : mais on ne peut pas imaginer qu'une infinité de dipôles puissent se synchroniser en même temps !

- Exact ! Il ne peut y avoir que des grumeaux de tailles aléatoires qui forment des zones aléatoires en cours de synchronisation.

- Sceptique : Une infinité de mondes parallèles ?

- Je dirais plutôt une infinité de « mondes » potentiels ! Nous verrons plus tard – avec force détail – que dès qu'un des « mondes » potentiels « éclos » il « bloque » par sa durée de vie limitée, les autres formations de BEC, en cours. C'est un peu comme le premier spermatozoïde, qui neutralise d'autres accès à l'ovule. Mais avant de détailler cela, il faut appeler un chat un chat : les dipôles sont les ancêtres des bosons. Et on sait que ces deniers forment spontanément des condensats. Ces condensats s'appellent : « Condensat de Bose Einstein » ou BEC.

- Sceptique : A quoi ressemble le premier BEC ? A-t-il une taille précise ? Si oui d'où sort-elle ?

- En premier lieu, il faut comprendre que la synchronisation revient à partager les « points zéros » des oscillateurs dipolaires. Ce partage se réalise par la moyenne des paramètres aléatoires de chacun. Ainsi l'addition des fluctuation 1D, forme des couches (2D) qui s'étendent et se replient. Ces mêmes couches 2D forment donc une bulle 3D dans laquelle tous les oscillateurs sont connectés. Ce n'était pas le cas avant puisque ces derniers étaient un empilage informe de dipôles 1D.

A suivre (5)


Commentaires

  1. Quel est le dual de l'entropie de désordre ? La synchronisation. Tandis que l'univers voit son entropie augmenter, les vivants conservent une entropie basse.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

le mystère des positrons

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

la substance de l'intervalle élémentaire (1)