Enigme 103 : la dualité de la dualité

Voir  : modèle OSCAR, loi KOIDE-MAREAUsommaire , les cinq clés de la physique, l'éclaté du modèledualité du zéro


-----------------------

Situation du problème

Il existe deux types de dualités : a) la dualité d'état ; b) la dualité  variationnelle qui exprime un duel ou une confrontation. La dualité d'état concerne deux types de forme. Par exemple, le type de particule oscillante en mode dipolaire – de masse nulle – est différent du type de particule oscillante en mode monopolaire où la masse est révélée. La nature – fondée sur le premier type – est amenée à générer le second type. Malgré l'apparence, le type "masse apparente" est largement le moins nombreux. Dans le second type il n'existe qu'une seule dualité d'état stable et élémentaire, sous la forme de la paire électron-positron. Cet état – hérité du type dipolaire oscillateur-ℬody – ne s'assemble en une seule particule composite stable, le proton.  
    
---------------------- 

 - Sceptique : dans la définition du néant, où voit-on le mode de dualité d'état qui ne semble pas apparaître dans le fonctionnement de l'oscillateur-ℬody stochastique 

- Elle existe de par sa composition en deux pôles dont les éléments sont confinés.

- Sceptique : mais cet oscillateur-ℬody stochastique sensé être à zéro, ne présente-t-il pas un paradoxe au "point zéro" où le zéro parfait ou absolu est impossible à atteindre ?

- La symétrie duale concerne deux "presque zéros" qui s'annulent parfaitement ! Le tableau montre que deux disques strictement identiques présenteront toujours un défaut de superposition aussi infime que l'on veut. En revanche, la symétrie veut que ces deux mini défauts forment  ensemble, un zéro algébrique parfait. 

- Sceptique : donc quand on dit : "point zéro" central, il s'agit implicitement de 2 points zéros mal superposés ?

- Exact : et dans la matrice stochastique – en l'absence de toute constante – le pur hasard exploite ce défaut de superposition pour osciller gratuitement. C'est la clé de l'existence ! Ponctuellement, le néant ne peut qu'osciller car la parfaite "inertie zéro" est aussi improbable que l'existence même d'un début d'inertie. Cet "entre deux" est la clé de l'existence de "quelque chose plutôt que rien".

- Sceptique : dans le billet précédent, Gabriel VENEZIANO est cité notamment pour sa phrase "les cordes ont horreur de l'infini". Il indique que si la masse tend vers zéro alors l'amplitude tend vers l'infini sans jamais l'atteindre. 

- Oui mais il ne cite pas la loi fondamentale, .= Cte qui régit autant les oscillateurs-ℬodys que la matière dans toutes ces formes. Encore une fois, cela n'explique pas l'inflation, qui n'est qu'une spéculation pour tenter d'expliquer l'homogénéisation primordiale de la matière. Il passe à côté du BEC-fossile et de la dualité {quantique-subquantique} qui sans autre hypothèse, explique naturellement la délocalisation-relocalisation qui est la clé de l'homogénéisation. Mais cela explique en plus, a) les deux états de la matière ; b) la révélation des masses en mode monopolaire ; c) la cause de la gravitation, née de la délocalisation ; c) la cause de la matière noire issue d'une dégénération de la matière via les collisions de galaxies ; d) la cause de l'expansion ; e) la cause de son accélération, etc.... 

- Sceptique : n'existe-t-il pas quand même des points communs avec la théorie des cordes, tels que : a) la dualité d'état de l'univers ; b) l'origine 1D de toutes choses ; c) l'infini impossible ?

- En effet, mais cette approche purement géométrique faite de cordes "enroulées" autour de "tubes" générant beaucoup de dimensions supplémentaires, ne mène nul part. Il manque vraiment des prémisses physiques. Ceux-ci doivent être élaborés à partir d'un recensement complet des énigmes physiques. Or ce questionnement est complétement négligé voire éludé.  

                
 

Commentaires

  1. Je précise que la relation xi^4 concerne le ratio : électrique (électron face à un positron séparé par la longueur de Compton), divisé par sa force gravitationnelle qui n'est autre que la force électrique lorsqu'elle est séparée (sur l'aire critique du BEC-fossile) par xi^4 intervalles en 1D. En 2D on a xi^8 paires électron-positrons qui donne la masse estimée de la Bulle-Univers (10^54 kg). On montre que cet intervalle critique (qui équivaut à Compton / xi) suffit à déclencher la fusion → masquage des charges → délocalisation des pôles de Bodys → mitose-expansion → état monopolaire et donc révélation des paramètres physiques : M,L,T.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Présentation du blog

SOMMAIRE

Isotropie des intervalles par la rotation du "Point zéro"