Isotropie des intervalles par la rotation du "Point zéro"

Voir  : modèle OSCAR, loi KOIDE-MAREAUSOMMAIRE , Les cinq clés de la physique, l'éclaté du modèledualité du zéro

L'animation montre la rotation du "point zéro" qui permet d'espacer les intervalles tangentiels entre pôles de  ℬodys . Les lignes serrées (en pointillé) représentent  le cas non réaliste d'émissions simultanées. L'intervalle de genre temps (petit Δt) compense le petit nombre de pôles contenu par l'aire du "Point zéro".

la taille du "point zéro" est de 5 cm environ

La rotation est en réalité continue car elle est consécutive à la conservation du moment cinétique lié à la tendance vers un rayon nul.

L'aire du "point zéro" de rayon  ƛ₁ contient  potentiellement  𝜉⁶ cordes d'épaisseur de  Planck. Mais c'est l'intervalle "électron" ƛₑ qui est réalisé via la combinaison de la grande vitesse d'éloignement : co = ξ² c et du Δt ramené au temps de Planck. 
 
Le rayon du point zéro vaut : ƛz ξ  ƛₑ = 5,96 cm. Son volume contient (𝜉³)𝜉³ = 𝜉⁹ "points de Planck" !  Ce nombre est celui des ℬodys contenus dans tout le BEC et formant espace-temps avec l'intervalle  ƛₑ générant la vitesse c selon : c = ƛₑ / tₑ. Avec  tₑ le temps quantique de l'électron, égal au temps subquantique du cycle du BEC.

  𝜉 𝜉²
  𝜉³  
𝜉
  𝜉𝜉⁶ 
𝜉⁸
𝜉⁹
𝜉¹º
𝜉¹¹

     cliquez sur l'image            

Commentaires

  1. Le prochain billet traitera de la présence permanente dynamique des Bodys, formant ainsi les intervalles élémentaires formant la physique de l'espace-temps des BECs.

    RépondreSupprimer
  2. Le tableau (orange) résume la cohérence du modèle OSCAR.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Présentation du blog

SOMMAIRE