Enigme 99 : les 5+1 familles de particules

Voir  : sommaire , les cinq clés de la physique, l'éclaté du modèle, dualité du zéro.

-----------------------

Situation du problème

Le modèle standard classe les familles de particules telles que les bosons de jauge, les photons, les baryons, les mésons, les leptons, les neutrinos, les gluons,  et les quarks.  Il considère les quarks comme étant les particules élémentaires alors qu'ils ne concernent pas toutes les familles. De plus les quarks ne s'avérant pas stables à l'état libre, ne peuvent-être que des inductions confinées. Le modèle standard n'explique ni l'apparition des particules ni la justification de leurs masses. Il n'explique pas pourquoi les neutrinos sans masse peuvent osciller en des "saveurs" différentes.  C'est un modèle mathématique qui se borne à décrire et sans jamais rien expliquer. Il a construit des groupes à partir de l'électromagnétisme U(1) puis SU(2)×U(1) pour l'interaction faible puis SU(3)×U(1) pour l'interaction forte et SU(3)×SU(2)×U(1) pour élaborer un groupe de jauge. Ces groupes, d'essence mathématique, n'expliquent pas la médiation des forces internes et externes. Tout cela est éludé via la notion de  "champ". En revanche, le modèle en couches explique et justifie en détail l'apparition des particules massiques à partir de  oscillateurs-ℬodys stochastiques. Les particules élémentaires directement issues des oscillateurs-ℬodys (devenus synchronisés) sont les paires électron-positrons.   Le modèle en couches s'appuie sur l'opérateur {⸨⸩} soit (mode monopolaire ou dipolaire) pour expliquer le phénomène de disparition des masses (dualité onde-corpuscule ou neutrino). C'est ce changement de mode oscillant qui révèle les masses initiales des pôles des oscillateurs-ℬodys subquantiques.
---------------------- 

 - Sceptique : le tableau n'inclut pas la paire électron-positron, ex oscillateur-ℬody ?

- En effet car c'est la base commune à toutes les particules. De ce fait, il n'y a pas 3 leptons mais 2 (muon et tauon) et 2 neutrinos à base du neutrino électronique qui fonctionnent en mode dipolaire comme des oscillateurs-ℬodys mais à l'échelle quantique.

- Sceptique : pourquoi le muon dont la partie neutre ne forme qu'un seul groupe de 206 couches, (103 paires masquées + un électron ou positron célibataire), se transformerait en 1 neutrino électronique et un neutrino muonique lui faisant perdre sa masse comme par magie ?

-  C'est l'aptitude d'un groupe unique de se scinder en 2 parties opposées avec l'opérateur {⸨⸩}. Il faut voir le tableau du billet traitant de la particule ppk qui montre comment elle s'inscrit dans la logique des groupes. Les 206 éléments neutres sont autant d'oscillateurs qui vibrent tous dans la même direction, le centre. Ainsi l'empilement de chaque   des ℳ.ℒ, masque les charges mais pas les masses. Le boson W force la séparation en 2 groupes formant un oscillateur dipolaire dont chaque pôle est composé de 103 éléments opposés qui annulent les . Ainsi l'entité × ℒ(0) = ℳ × 0 = 0 ! C'est la raison qui explique la masse nulle du neutrino muonique auquel s'ajoute le neutrino électronique produit par le boson W.  Cette forme (neutrino) possède un "point zéro" qui est une forme "d'annihilation zéro" avec rebond (oscillation). 

- Sceptique : donc le neutrino muonique est un oscillateur-ℬody quantique et composite ?

- Oui et il ressemble beaucoup au photon au moins sur sa vitesse de déplacement fixée à c

- Sceptique : qu'est-ce qui distingue le photon du neutrino ?

- Le photon est juste la partie corpusculaire de l'état "onde". L'onde est un oscillateur dipolaire non stationnaire dont les pôles sont mixtes et liés. Un pôle est à l'échelle quantique et l'autre est à l'échelle subquantique. Le pôle ℳ × ℒ  quantique est lié au pôle  ℳ' × ℒ'  subquantique.

- Sceptique : le modèle standard n'explique pas physiquement pourquoi des électrons émis devant des fentes (Young), forment des interférences s'il n'est pas mesuré. Comme expliquer que le mode "onde" n'a pas de trajectoire définie alors que l'électron est un corpuscule ?

- Comme le montre le tableau le mode monopolaire n'est pas pur car il existe un couplage subquantique à travers l'habillage dit "virtuel". Un électron est donc un corpuscule qui se déplace (non perturbé) avec une "chevelure" subquantique qui s'étale dans tout le BEC. C'est cela qui génère les interférences.               

              

Commentaires

  1. Toutes les particules appartiennent à l'une de ces 5+1 familles y compris la ppk !

    RépondreSupprimer
  2. En ne comptant que les différents modes on a : 1/ monopolaire (proton, muon, méson pi) ; 2/ dipolaire quantique : (neutrino) ; 3/ dipolaire mixte (photon) ; 4/ dipolaire subquantique (Body).

    RépondreSupprimer
  3. Si les charges sont masquées (au sens propre) dans les empilages monopolaires en couches, la disparition des entités {masse × amplitude} M.L, vient de leur somme algébrique. Cela est rendu possible en mode dipolaire car le genre scalaire de la masse n'apparait pas dans l'entité inséparable M.L où le L est de nature algébrique.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Présentation du blog

SOMMAIRE

Isotropie des intervalles par la rotation du "Point zéro"