Enigme 106 : lien planètes-BEC

Voir  : modèle OSCAR, loi KOIDE-MAREAUsommaire , les cinq clés de la physique, l'éclaté du modèledualité du zéro.

𝛼 = f(𝜉). 𝜉, n =1 à 5 :  lP ƛo ƛₑ ƛ₁ Rp RBEC ; = mₑ ƛₑ²/ t
-----------------------

Situation du problème

Quasiment toutes les étoiles sont entourées de planètes. On considère que le soleil possède 8 planètes auxquelles on rajoute 4 planètes naines. Les orbites s'étalent de 0,38 UA (Mercure) à  68 UA (Éris). Cette distribution reste une énigme pour le modèle standard . Le modèle OSCAR indique que toutes les formations sont influencées par les matrices BEC-étoiles. On montre qu'il existe une orbite moyenne, qui se situe légèrement au-delà de Jupiter (5.2 UA) , soit Rp = 5,97 UA. Ce calcul, basé sur la moyenne (masse × orbite), coïncide avec une échelle propre du BEC, soit : Rp = f(RBEC 𝛼 / 𝜉) .      
     ---------------------- 

 - Sceptique : la Terre ne peut avoir une distance canonique du Soleil ? 

 - En effet l'unité "UA" (distance Terre-Soleil)  est arbitraire mais elle est forcément influencée par une des échelles parmi celles qui partent de la longueur de Planck en puissance 𝜉, jusqu'au rayon du BEC, selon : lP ƛo ƛₑ ƛz R1 RBEC. Le tableau montre qu'il existe une orbite moyenne  Rp = f(R1) pour l'ensemble des planètes.


- Sceptique : pourquoi les planètes seraient spécialement centrées sur cette longueur ?

- En fait, la planète Jupiter est tellement massique qu'elle matérialise une orbite proche de la moyenne. Cependant, les trois géantes (Sature, Uranus, Neptune), amènent naturellement une hausse de la moyenne. Le calcul approché du tableau tient compte des masses et éloignements relatifs.  On rappelle que l'ensemble du modèle est basé sur le facteur d'échelle 𝜉 qui part de : a) la longueur de Planck (épaisseur d'un ody lP) ; b) ƛo, vérifiée comme étant l'intervalle originel qui a provoqué la fusion-mitose-expansion ; c) la longueur de Compton de l'électron ƛₑ qui est également l'intervalle élémentaire de l'espace-temps ; d) le rayon du point zéro du BEC-fossile ƛz ~ 5,96 cm ; e) le rayon originel d'une étoile géante R1 f) le rayon du BEC : RBEC

- Sceptique : pourquoi cette longueur (𝜉³ lP) serait le point zéro du BEC-fossile ?

- Sa surface est capable d'émettre (et recevoir) 𝜉⁶ surfaces de Planck dans le temps de Planck réduit (tP / 𝜉³) et donc 𝜉¹¹ éléments dans le temps de l'électron égal au cycle du BEC-fossile. 

- Sceptique : donc l'échelle suivante est celle qui correspond  à la moyenne des orbites planétaires ?

- Pas tout à fait car le tableau montre qu'il existe un facteur alpha 𝛼 =137,0359 tel que Rp > R1 . Le rayon R1 est celui d'une étoile primordiale qui vaut 13,2 fois celui du Soleil, pour une masse 330 fois supérieure. Or ce rayon est 16 fois inférieur à l'orbite de la Terre. Il vaut donc 1/16 UA.  L'orbite de la Terre vaut 215 fois le rayon du Soleil. L'orbite planétaire moyenne vaut 1282 fois le rayon du Soleil. 

- Sceptique : Le rayon initial, a-t-il laissé une trace ?

- Il devrait correspondre à la couronne solaire  qui d'ailleurs pose une énigme quant à sa température de l'ordre du million de degrés. Elle est résolue ici !
   
- Sceptique : pourquoi le rayon moyen planétaire serait plus grand du facteur alpha 𝛼 =137,0359 ?

- On sait que l'annihilation primordiale à agrandit les intervalles 1D de ce facteur et ce, à toutes les échelles ! En résumé, le BEC-Soleil, partie intégrante de la Galaxies, possède des résonances à 5 échelles (en puissance 𝜉). La résonance R1 se subdivise en deux parties : a) la couronne solaire ; b) la moyenne des orbites planétaires, qui tient compte du moment masse × rayon.

- Sceptique : d'où sort le ration du tableau (0,99862) ?

- Il rend compte de la masse du Soleil  relativement à la masse totale (planètes + Soleil). Donné généralement à 0,9986, il permet l'égalité en le précisant à la 5eme décimale (2).    

      
 

Commentaires

  1. Il n'est pas étonnant que l'élément BEC – qui est à l'origine de tout – apparaisse aussi dans la distribution (moyenne) des planètes.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Présentation du blog

SOMMAIRE

Isotropie des intervalles par la rotation du "Point zéro"